« La Vérite, l'âpre Vérité »

Les Bobos d’Hidalgo

  • 3 février 2017

La maire de Paris veut éradiquer la voiture de sa ville afin qu’elle devienne enfin le paradis Bobo dont elle rêve. Pour cela elle manipule en permanence les statistiques pour que celles-ci soient toujours favorables à ses thèses et à son idéologie.

C’est ainsi que les responsables de la ville de Paris ont indiqué que la circulation alternée instaurée en décembre 2016 n’a pas été probante parce que l’on n’aurait enregistré que 5 à 10 % de trafic en moins. Au passage, cela permet de stigmatiser les conducteurs qui apparaissent comme de mauvais citoyens qui ne se préoccupent pas de l’intérêt général.

Pourtant la réalité est toute autre, comme en attestent les éléments factuels publiés par l’association officielle de surveillance de la pollution atmosphérique, Airparif.

La circulation alternée en région parisienne a été tout particulièrement peu probante lors de sa seconde édition de décembre, les vendredi 16 et samedi 17 décembre 2016, car la pollution était très faible !

En effet, les statistiques publiées par Airparif montrent qu’au cours de ces deux journées, non seulement le seuil d’alerte n’a pas été dépassé, mais le seuil d’information n’a pas même été atteint (http://www.airparif.asso.fr/alertes/historique) !

Ainsi lorsqu’on se reporte à cette page web et que l’on y interroge le tableau de l’historique des alertes pour l’ensemble des polluants atmosphériques entre le 1er décembre 2016 et le 10 janvier 2017, il apparaît que les alertes aux particules PM10 sont cantonnées à quatre jours : 1er, 2, 6 et 7 décembre.

Les signalements postérieurs au 7 décembre concernent uniquement le seuil d’information atteint les 8, 15 et 30 décembre 2016. Rien pour les 16 et 17 décembre ! Les restrictions de circulation imposées à ces deux dates paraissent relever davantage de l’acharnement idéologique. Elles ont été prises en toute illégalité et en dépit des protestations d’associations de commerçants qui s’étaient émus de cette mesure décidée le dernier week-end d’achats pour Noël.

De manière plus générale, il semble que l’on ait assisté en cette fin de 2016 à une dramatisation de la communication sur le niveau et l’évolution de la pollution atmosphérique en région parisienne. Or, comme le graphique joint produit par Airparif le montre, les dépassements de seuils (alerte et informations) ne font que baisser depuis 2012 et 2016 a été l’année la plus faible en ce qui concerne le seuil d’alerte (le plus grave).

graphe-pollution-petit

Mais la question est devenue purement idéologique.

Il faut se souvenir que Paris a toujours eu la tentation d’être une ville de Bobos. Voici ce qu’écrivait déjà Boileau au XVIIème siècle :

« Paris est pour un riche un pays de Cocagne ;
Sans sortir de la ville, il trouve la campagne ;
Il peut dans son jardin, tout peuplé d’arbres verts,
Recéler le printemps au milieu des hivers ;
Et, foulant le parfum de ses plantes fleuries,
Aller entretenir ses douces rêveries. »

Hidalgo et son copain Hamon sont les dignes successeurs des rêveurs parisiens de Boileau. Les socialistes ont perdu depuis longtemps le vote populaire et ils cherchent maintenant leurs électeurs chez les écolos-bobos. Les banlieusards qui ont besoin de leurs voitures pour travailler ne votent plus pour eux et ils n’en ont donc rien à faire.

 

CLUB DANTON

Écrire le premier commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *