Préparation de la guerre de religion par le Grand Orient

  • 13 janvier 2017

Depuis des dizaines d’années la gauche socialo-marxiste n’a plus rien à dire du point de vue social ce qui a fait migrer une grande partie de ses troupes vers le FN.

Alors que la gauche est en déshérence, une lueur apparait soudain. Fait magique et imprévu, Fillon a rassemblé lors de la primaire de la droite 2 millions de votants, dont une bonne partie est, comme lui, catholique.

Pour le Grand Orient de France (GODF), bras armé de la gauche, la victoire de Fillon est du pain béni car le combat peut s’incarner sans faire appel au social : la droite catholique – et bien sûr réactionnaire – contre la gauche laïque, et bien sûr progressiste. La gauche a cinq mois pour enfoncer le clou… et crucifier Fillon.

L’OBS est vite monté en première ligne en publiant un très beau titre « Le pouvoir des Catholiques ». Le contenu de l’article est totalement creux mais à vrai dire le titre suffit à faire passer le message : pourquoi en effet traiter ce sujet si les catholiques n’avaient pas un vrai pouvoir qui ne peut être qu’occulte et néfaste ?

D’autres angles d’attaque n’ont pas tardé à être trouvés, comme par exemple la nomination d’un prêtre, Michel Deneken, comme président de l’université publique de Strasbourg. Les canons de la presse bienpensante de gauche ont aussitôt ouvert le feu sur lui en questionnant son impartialité :

  • « Le père Deneken a un devoir d’évangélisation que lui impose sa hiérarchie »,
  • ou encore « Deneken est soumis à une autorité religieuse externe ».

Ces attaques paraissent ridicules et absurdes quand on sait que l’Université Catholique de Lyon forme des imams ou que les écoles privées catholiques accueillent toutes les religions, y compris les enfants de la secte marxiste qui bien sûr ne veut pas mettre ses rejetons dans le public.

Et bien sûr le GODF hurle avec le reste de la meute et se présente comme le garant de la morale publique en rappelant que « le service public de l’enseignement supérieur est laïque et indépendant de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique ». Quelle vaste farce !

Comme chacun le sait, l’enseignement supérieur est inféodé depuis 1946 au marxiste, communiste à l’origine, puis trotskiste aujourd’hui. C’est ça l’indépendance politique ?

Côté économique, les écoles privées bénéficient de la part de l’état de beaucoup moins de moyens que les écoles publiques. L’enseignement privé subit ainsi une sorte d’indépendance économique forcée.

Certains syndicats d’enseignants sont ouvertement trotskistes (FSU par exemple) et demandent à leurs ouailles de faire à longueur d’année du prosélytisme marxiste auprès de leurs élèves. C’est ça l’indépendance politique ?

Enfin, concernant l’indépendance religieuse, souvenons-nous de Peillon Ministre de l’Education Nationale, qui voulait créer la « Religion de la République » pour enlever les enfants à l’influence néfaste de leurs parents. Ils visaient bien sûr les catholiques plus que les musulmans.

Le GODF tire sur tout ce qui bouge mais de manière très sélective. Lorsque des élus de la région Rhône-Alpes se rendent à Rome pour voir le pape, leur attitude est qualifiée d’anti républicaine car anti laïque. Quand Hollande est reçu au Vatican nul ne broche.

Lorsqu’un élu assiste à une messe on le traite de traître à la république mais quand nos gouvernants inaugurent une mosquée on s’en félicite.

L’apothéose de la stupidité a été la contestation par certaines associations des crèches de Noël parce qu’elles permettent (sic) « la confessionnalisation de la société et qu’elles sont contraire à la liberté de conscience ».

Laurent Wauquiez, qui a fait installer une crèche dans son hôtel de Région, a taclé ses opposants en leur disant qu’ils « ne pourront jamais faire disparaitre 20 siècles de culture chrétienne ».

Même la secte GODF s’est inspiré dans ses rites des pratiques catholiques. Et pourtant beaucoup de loges continuent à clore leurs tenues par le même cri de guerre depuis 230 ans : « à bas la calotte » !

La prochaine élection sera probablement l’occasion pour la gauche de détourner la politique du terrain social et économique – où la bataille est perdue depuis longtemps – vers le terrain religieux et plus précisément vers la lutte contre Fillon le Catholique.

On verra peut-être refleurir l’idée de supprimer tous les « saints » de noms de villages, de villes, de rues, de montagnes, … Cette folie a été mise en sommeil mais devant le vide d’idées à gauche elle pourrait ressurgir. Avec la gauche, le pire a souvent tendance à se produire.

CLUB DANTON

Déjà 3 commentaires, laissez un commentaire

3 commentaires actuellement

  1. Dans votre page de présentation « Qui sommes nous », vous prétendez être un groupe apolitique. Quelle farce ! Vos réflexions à « l’emporte-pièce » ressemblent plus à de la gnose d’extrême droite catho qu’à des analyses objectives.

  2. « FILLON le catholique »…
    Dans la Sarthe, les premiers à se tordre de rire sont ses copains.
    Et dire que lors de la primaire de la droite et du centre, les chrétiens avaient cette superbe opportunité de se manifester, sans aucun risque politique, en, au-delà de toutes étiquettes politiques , votant massivement Jean Frédéric POISSON.
    En ne saisissant pas cette chance, les chrétiens qui, au lieu de voter POISSON ont voté FILLON, terrorisés qu’ils étaient par les spectres d’ Ali Juppé et de Nobotléon ont clairement montré qu’ils étaient des chréti(e)ns.
    Merci LA MANIPE POUR TOUS.

  3. FILLON le catholique !
    Quelle farce!
    Décidément, on aura tout vu et tout entendu!
    Quelle riche idée a eu Juppé d’inventer cette histoire pour essayer de « diaboliser » Fillon quand lui-même s’est aperçu qu’on l’avait diabolisé avec le « Ali Juppé »
    Bon mais maintenant, à Fillon de se dépatouiller avec ses contradiction et de ne pas trop décevoir ses électeurs chréti(e)ns…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *