Le numérique va sauver la France : vraiment ?

Nos gouvernants, qu’ils soient de droite ou de gauche, se sont entichés du numérique. Ils y voient la panacée à tous les maux du pays et ils pensent que le numérique va révolutionner le monde du travail.

Evidemment à Science Po ou à l’ENA, tout le monde a appris à se servir d’un clavier et à aller sur Google et Wikipédia chercher ses sources d’inspiration. Il suffit alors de recracher le tout dans sa propre copie en changeant quelques virgules pour ne pas être taxé de plagiat. Inutile d’apprendre et de retenir quoique ce soit puisque toute l’information est maintenant disponible immédiatement. Cela permet de se concentrer sur l’essentiel : l’apparence et le verbe. Le plus important n’est pas la connaissance et la réflexion personnelle mais l’habilité à bien présenter les idées des autres. Et c’est ainsi que nous avons un ministre de l’éducation nationale qui ne connaît pas la règle de trois ou un ministre de l’agriculture qui ne sait pas ce qu’est un hectare…

Bien sûr les français ne sont pas plus stupides que les Californiens et ils peuvent réussir dans le numérique. Mais peuvent-ils être compétitifs ?

Tout d’abord nous avons pris un grand retard après l’échec du minitel et du Plan Calcul (Bull et autres) il y a quelques dizaines d’années. Les grands du numérique aux USA – les bien-nommés GAFAM -, sont devenus tellement puissants qu’ils peuvent avaler sans problème toutes les start-ups un tant soit peu prometteuses qui se développent en France ou ailleurs. Le meilleur espoir d’une start-up française est ainsi de se faire acheter par Google ou un autre. Belle perspective !

Le numérique en France emploie moins de 20 000 personnes et les start-ups disparaissent aussi vite qu’elles naissent.

En dehors de nos 3 licornes (sur environ 150 dans le monde) et de quelques sociétés de taille moyenne, la plupart des startups ont la durée de vie d’une étoile filante. Beaucoup passent leur temps à imaginer des gadgets éphémères souvent inspirés d’homologues d’outre-Atlantique qui jouissent d’un avantage déterminant de par la taille du marché américain et de la culture de sa population.

Le travail dans beaucoup de start-ups est imaginé sur un futur qui n’existe pas et qui n’existera peut-être jamais. Les contrats sont surtout des CDD car souvent la société ne vit pas plus de 18 mois. Les salariés sont au smic avec l’espoir d’un jackpot qui arrive avec la même fréquence qu’un ticket gagnant au loto. Les stagiaires et les travailleurs indépendants sont utilisés au maximum comme main d’œuvre bon marché.

La France a certes des sociétés en développement dans le numérique mais le financement, la taille du marché, les facilités industrielles ne sont pas là pour espérer créer de nombreuses nouvelles licornes pérennes. Les quelques exemples de réussite cachent la forêt des échecs. Comme tout procède de l’état en France, le pays a besoin d’ingénieurs confirmés pour piloter l’action des ministères concernés, et pas de nunuches.

Le développement du numérique aux USA se fait maintenant autour d’une nouvelle méthode de pensés globale, ultra-compétitive, avec des buts technologiques très sophistiqués, avec des moyens financiers initiaux considérables permettant un développement sur plusieurs années et une globalisation rapide. Le temps des gentils développeurs indépendants qui travaillaient dans leur garage est terminé.

L’investissement pour rattraper notre retard est énorme. Ce ne sont pas les petites start-ups individuelles – sauf cas très improbables – qui ramèneront la France du 21ème siècle parmi les grands du numériques. La Chine, qui investit des sommes considérables, risque de devenir rapidement la principale concurrente de la Sillicon Valley.

CLUB DANTON

Déjà 27 commentaires, laissez un commentaire

27 réponses à Le numérique va sauver la France : vraiment ?

  1. Contestator 16 novembre 2016 à 23:05 #

    Personnellement, je ne pense pas qu’un jour la sortie de nos problèmes se fasse par le numérique. Pire, elle ne peut pas se faire du tout sans changer nos guignols de politicards. Pensez à notre épave nationale plébiscité par 5 % des habitants de notre pays (je ne parle même pas des Français), qui nous représente à l’étranger et se prend pour « le chef de l’état !  » à pleurer de rire.
    Nous sommes gangrenés par une masse de fonctionnaires qui a encore augmentée avec cet idiot d’hollandouille et qui freine des quatre fers pour conserver « leurs acquis » et avantages de toutes sortes, qui refusent d’être rémunérés « au mérite » et empêchent toutes formes d’innovations ou mutations pour l’intérêt des français (nous les pur sucre !)
    Les fonctionnaires sont dans leur grande majorité tellement inutiles, rétrograde et nuisibles que maintenant lorsqu’on veut nuire à quelqu’un il suffit de lui mettre une administration sur les bretelles : Justice, URSSAF, Fisc, contrôles de toutes nature, etc. : ça ne coûte rien et les nuisibles -administratifs se font plaisir en ayant la sensation d’œuvrer pour le pays et de travailler.
    Notre pays est tellement imprégné des ces mécanismes à la soviétique que les Français moyens n’ont plus de ressort pour réagir. On nous oblige même à accepter, héberger, nourrir, soigner et rétribuer des « migrants » (nouvelle appellations des sans papiers) et accepter sans broncher qu’avec l’épave maintenant ça fait quatre ans que nous, retraités, qui avons cotisé et travaillé toute notre vie n’avons pas eu de réajustement de retraite ! ! ! !

  2. Laurent 17 novembre 2016 à 07:27 #

    Le tout numérique à la Française nous met à la portée de tous les pirates du monde entier, sans compter que le numérique coûte une petite fortune à tous les citoyens et reste un gouffre financier pour les collectivités, argent qui pour la majorité s’en va directement à l’étrangers tant pour le matériel que pour les logiciels !
    Nos Politiques et intello deviennent de plus en plus stupides
    Toutes cette nouvelle société d’imbécile montre s’il le faut encore qu’un diplôme et aujourd’hui une preuve d’idiotie.
    Le bon sens et l’analyse des conséquences règne en maître dans la société Française.

  3. Anonyme 17 novembre 2016 à 09:57 #

    Je suis aussi retraité, mais je plains sincèrement Contestator d’être tombé dans une marmite de haine aveugle et… stérile. L’auteur du papier, si on veut bien le lire, ne tranche pas la question posée. Mais les arguments qu’il(elle) avance sont pertinents.
    Par contre, je suis Laurent dans l’idée du « bon sens » et je ne crois pas, comme sous entendu dans le papier, qu’il faille forcément faire partie des « grands du numérique ». J’ai offert à mon pays dans ma jeunesse une recherche sur le dessin d’art par ordinateur, et de ces quelques années j’ai retenu l’idée que, « comme un ordinateur est un amplificateur d’idées, il est catastrophique de mettre son signal d’entrée à 0 ». Les réseaux sociaux n’échappent pas à cette anakyse, hélas.

  4. Laurent 18 novembre 2016 à 07:51 #

    Sans compter sur les effets de plus en plus pervers du numérique,
    comme le nouveau fichier pour bien suivre les faits et gestes de toute la population, prémisse à la puce qui sera bientôt injectée aux nouveaux nés et puis ensuite à tous ceux qui font une petite infraction
    le tout sans aucune réaction populaire mais c’est un peu normal car avec le numérique n’importe quel imbécile détient le savoir universel il suffit pour cela de pomper les premières pages venues même si c’est une idiotie et il y en a.
    Les débuts du net étaient prometteurs, aujourd’hui, je me détache de plus en plus de toute ces nouvelles technologies qui non seulement rendent les gens imbécile mais les manipulent à souhait et les envahissent de publicité.
    Je pense ne pas être le seul à ressentir un rejet de plus en plus grand de toutes cette technologie qui pourrait être très intéressante mais qui pour un système de plus est en pleine dérive uniquement à cause du FRIC.
    Mais faire comprendre cela aux Ânes qui nous dirigent est chose inutile ils sont pollués jusqu’à l’os et les millions d’Euros déjà dépensés pour des logiciels qui ne fonctionnent pas n’est pas leur problème ce n’est une fois de plus pas leur argent.
    D’ailleurs c’est une des marque de ces nouvelles technologies, acheter des logiciels qui ne vous appartiennent pas et qui ne fonctionnent jamais et cela sans la moindre responsabilité des éditeurs ou concepteurs aux quels on a donné les mêmes droits que les auteurs ! vivre grassement sur un petit logiciel !
    imaginez un monteur de voiture touchant des intérêts durant toute la vie de la voiture ? Mais, la vrai poubelle ne serais-ce pas la société toute entière ?

  5. Zorro 30 décembre 2016 à 17:09 #

    La question est: faut-il laisser les machines prendre le travail des gens, ou ne lui laisser que la place d’un outil?

  6. Laurent 31 décembre 2016 à 09:06 #

    C’était le 23 décembre 2016 dans l’après midi, me rendant dans une boucherie, un monsieur de 65 ans environ était sur le point de payer ses achats pour les fêtes avec sa carte , le pauvre homme insista, il ne se souvenait plus de son code, une fois, deux fois, arrêtés dit le boucher votre carte ne sera plus valable au bout du 3 ème essai !
    au bout de quelque instants il s’écria ça y est je me souviens et cria le numéro devant tout le monde !
    au moment de faire le numéro il se trompa de touche !!!
    PLUS de carte ! plus assez de liquide comment faire un vendredi après midi ?
    Le tout numérique mis en place par toute cette nouvelle génération d’imbéciles heureux ne peux même plus se projeter dans l’avenir car l’age avancé va arriver à tout le monde et personne ne peut prévoir sa réaction à ce moment là face à cette multitude de codes qu’on nous impose aujourd’hui.
    Comme toujours dans ce triste pays c’est du « tout ou rien » sans réflexion encore moins de projection dans leur avenir
    Il y a aujourd’hui trop d’imbéciles heureux nuisible surtout dans les sphères politiques et administratives
    Il serait temps de revenir à des position plus réalistes même si pour cela il faut d’une manière ou d’une autre réduire tous ces imbéciles heureux et extrémistes en tous genres au silence le plus absolu.

  7. Laurent 31 décembre 2016 à 09:15 #

    Je suis assez d’accord avec vous sauf à prétendre que la France depuis la Révolution est imprégné de ces mécanismes non pas soviétiques mais Trotskistes avec des période plus ou moins marquées, sauf, que la période actuelle devient grave sur ce point là.
    Il ne faut pas oublier que ces 35 dernières années la majorité des dirigeants du PS sont d’anciens PC ou Trotskistes passés au PS pour ne plus verser la moitié de leurs revenus au parti, et de nombreux PS ont mutés au centre droit aujourd’hui LR
    Cela veut dire que la Politique Française est de gauche depuis de longues années quelle qu’n soit l’étiquette des dirigeants.

  8. Godefroid de Couillons 31 décembre 2016 à 12:08 #

    @Zorro :
    Bonne question.
    Deux éléments de réponse :
    1) Le progrès technique et notamment les machines doit, in fine, profiter à tous; il convient donc que les charges sociales ne soient plus perçues seulement sur la masse salariale.
    La base de perception des charges sociales devrait progressivement devenir le chiffre d’affaire en remplacement de la masse salariale.
    D’ailleurs, dans le plus ancien régime de sécurité social, celui des clercs et employés de notaires, une partie des charges patronales est assise sur le chiffre d’affaire.
    2) Il convient de veiller à ce que l’homme en général, et pas seulement une toute petite minorité de scientifiques et techniciens de haut niveau, garde un minimum de savoir par rapport au mode de fonctionnement de base de la nature et de la physique.

  9. Godefroid de Couillons 31 décembre 2016 à 12:14 #

    @Laurent :
    Au demeurant, le clivage factice et dépassé gauche/droite est un schéma dialectique qui conduit inévitablement par des effets de cliquets et clapets à la victoire de la gauche.
    Aujourd’hui, en France, les cartes sont complètement brouillées et c’est le moment de se débarrasser une bonne fois pour toutes de ce clivage suranné gauche/droite pour désormais se fonder sur le vrai clivage souverainistes/mondialistes.

  10. Laurent 31 décembre 2016 à 12:34 #

    Oui, les cartes sont complètement brouillées, parce que nos politiques tous confondus (gauche et droite) ont tous fait un programme gauchiste de clientélisme et ont laissé tout en les subventionnant fort et bien souvent totalement la place à ces nombreuses associations malfaisante et extrémistes.
    Souverainisme/mondialisme, je ne comprends pas,
    La seule porte de sortie serait une Europe très forte malheureusement nous sommes en face d’une Europe misérable faite de profiteurs, de fonctionnaires et un peu d’escroqueries.
    Sans oublier que la France qui devrait donner l’exemple fait parti des pays qui respecte le moins les règles et surtout les normes Européennes au profit de normes NFC ! ce qui ne nous place pas forcément bien dans le contexte mondial.
    l en est de même de la structure Française pays dans lequel il faut financer beaucoup trop d’improductifs et d’assistés, pays dans lequel les couches et structures administratives ne cessent d’augmenter aujourd’hui encore, ce qui nous place une fois de plus parmi les derniers de la classe mais qui une fois de plus ressemble à une organisation Trotskiste.
    Dans ces conditions il n’est pas possible de se placer dans le contexte international.

  11. Godefroid de Couillons 1 janvier 2017 à 03:58 #

    @Laurent :
    Une Europe très forte est complètement impossible compte tenu notamment du fait que de par les disparités des démographies et des systèmes de sécurité sociale, tout ce qui serait bon pour la France est mauvais pour l’Allemagne et tout ce qui est bon pour l’Allemagne est mauvais pour la France.
    Les allemands ont intérêt à la stabilité monétaire
    Les français ont besoin d’une érosion monétaire.
    L’union européenne a été construite dans l’intérêt exclusif des allemands et des Etats unis.

  12. arabal 4 janvier 2017 à 21:42 #

    Le Néo-capitalisme ou Capitalisme Financier est le système d’extorsion le mieux organisé du monde civilisé.
    En s’accaparant à la source le pouvoir de création monétaire et en privatisant « officieusement » l’Etat ..(les Etats) il réduit au « statut » de filiale de ces dites sociétés et conduit notre société à la faillite.
    Le modèle social et fiscal sont prêts de la cessation des paiements !!!
    Notre Douce France est déjà virtuellement en état de cessation de paiement ?
    ‘’ Les marchés financiers’’ ont entraîné dans leurs rouages l’économie des sociétés toutes entières .Contrecoup de cette distorsion monétaire
    l’économie mondiale subit une ponction parasitaire.
    Définition du nouveau capitalisme, ‘Le Capitalisme Financier’’ : c’est « l’appropriation par un Groupe de personnes privées du Pouvoir Régalien (pouvoir de l’Etat) de création monétaire. Donc influence largement majoritaire sur les décisions du ou des Pays endettés.( conséquence du surendettement)
    La Création Monétaire est dorénavant fondée sur une « économie de la dette dont le monopole d’émission appartient uniquement aux Banques ».
    L’Etat se réduit à une fonctionnalité : ‘’appareil de capture des richesses produites par le peuple ’’.
    Les Gouvernements successifs ne cessant pas de « mettre en place des mesures de diminution de redistribution des ressources et d’augmentation des cotisations »…cercle vicieux asphyxiant toute l’économie.
    Après la dernière Guerre Mondiale, le gouvernement provisoire de la République Française, présidé par le général de Gaulle, a mis en œuvre le programme du Conseil National de la Résistance qui a eu « pour principaux objectifs économiques d’évincer les trusts, de socialiser les grands moyens de production et de reprendre le contrôle de la politique monétaire » …C’était la Protection des Populations, sans faire de socialisme !!!
    Après les nombreuses nationalisations, les féodalités économiques et financières sont expropriées et l’émission monétaire devient un service public. C’était encore la belle vie ,les 30 glorieuses et le service public tant critiqué mais qui était garant d’un certain contrôle des prix et du pouvoir d’achat.
    Mais, à partir des années 80, le « modèle anglo-saxon ultra-libéral » se met en place graduellement avec ses trois fondements :
    1-Privatisation .2- Libéralisation. 3-Dérèglementation .
    Nous vivons ça au quotidien , augmentation exagérée et aucun organisme pour freiner !!!
    Dès Pompidou, loi de janvier 1973,la France emprunte aux Banques Privées. C’est le début de la dette actuelle.
    Avec le traité de Maastricht, confirmé par le traité de Lisbonne, la Banque de France n’assure plus sa fonction de création monétaire au service du bien commun.
    L’Etat est dès lors voué à l’impuissance politique : « Les banques spécialistes en valeur du Trésor sont devenues le pivot central du système social, politique et économique.
    Ces Banques assurent la gestion des dettes de la France ainsi que la fonction régalienne de battre monnaie. En fait et en droit, le monopole d’Etat a été remplacé par un Monopole Privé. »

    Enfin Arrive la ‘’soit disant crise de 2008 ‘’et l’abondante ‘’ littérature ’’ parue sur sa supposée genèse !!!
    Le lecteur soucieux de comprendre le monde où il tente de survivre tant bien que mal pourrait être convaincu de passer au laminoir d’un système de fraude généralisée dont les pratiques de spoliation ne connaissent plus de limites .
    L’idéologie repose sur un principe simple :
    1- la privatisation des gains distribués sous forme de bonus et dividendes quand tout va bien…(rétribution des dividendes).
    2- la socialisation des pertes dont la charge pèse sur les populations d’Europe en cas de crise du système.(augmentation fiscale, nouveaux impôts expliqués par le sauvetage de la planète, le réchauffement climatique et l’écologie……)

    Effort des populations pour rembourser ’’ les dettes de poker’’ des grands banquiers quand ils ont trop joués et perdus des sommes considérables dans des parties d’argent virtuelles sur la scène financière mondiale : exemple 2008 et la ‘’crise ‘’.
    Au ban de la démocratie : ‘’ce système exproprie par la contrainte de la force publique le fruit du travail de la classe productive pour le confisquer au profit de sociétés privées’’…ça ressemble à un constat communiste. Une boutade vous fera d’ailleurs penser que : ‘’pour mettre le Peuple au tapis , les Capitalistes sont en train de réussir où les Communistes ont échoué..’’
    La preuve : le capitalisme financier, conjugué à des intérêts industriels et commerciaux, organise un système totalitaire qui fabrique la misère .
    Courage en 2017 nous allons voter ça va changer ..lol…jaune !!!

  13. Godefroid de Couillons 6 janvier 2017 à 00:26 #

    @arabal :
    Bravo pour votre remarquable synthèse.
    A lire par tous !

  14. Laurent 6 janvier 2017 à 12:05 #

    Deux petites anecdotes de l’avant veille de Noël (vendredi après midi)
    – un homme d’un certain âge 70 ans environ voulait payer ses achats et s’est trompé 3 fois de numéro dans la frappe ! pourtant il connaissait son bon numéro puisqu’il l’a crié très fort !
    – une dame + de 60 ans je ne peux pas taper mon code faites le et cria haut et fort son numéro !
    Tous ces petits imbéciles qui chantent le tout numérique n’ont pas un âge avancé et cela peut leur retomber sur la figure le moment venu !
    Comment peut-on diriger un pays sans prendre en compte les problèmes que peut avoir un homme ou une femme à partir de 60 ans parfois avant !
    C’est comme tout en France, des excès dans tout sans limites et sans réflexion.

  15. arabal 6 janvier 2017 à 19:48 #

    @Godefroid de Couillons.

    Merci, condensé de lectures et d’articles glanés à droite à gauche dans la triste réalité de la situation actuelle.
    Et nos guignols qui osent tout même passer à la télé pour annoncer leur candidature de Président avec plein d’idées alors que déjà en place sans avoir rien pu faire pendant 5 ans qu’obéir à la Grande Finance…
    On a atteint un niveau d’abrutissement des populations qui ferait rougir nos certificats d’études des années 30 ou on ne pouvait pas raconter de telles sornettes…
    J’ai une petite vidéo qui circule sur You tube sur le Parlement Européen..je vais essayer de la passer.
    Jeudi j’ai assisté à une conférence sur Poutine et la Géopolitique de la Russie actuelle.
    Le Maitre de conférence nous a dit je reviendrais bientôt vous faire une conférence sur la fin de l’Europe !!!!

  16. arabal 6 janvier 2017 à 19:56 #

    Indécence du Parlement Européen :

    http://www.youtube.com/embed/jbLFo02jlH8

  17. Laurent 8 janvier 2017 à 08:44 #

    Pour abonder dans le sens de ceux qui pensent que la société de la finance devient imbécile voici un extrait paru dans une lettre financière

    Le cash bientôt illégal mais le cannabis légal
    En ce début d’année 2017, force est de reconnaître que le créditisme se porte plutôt très bien.
    Mais peut-être avez-vous oublié ce qu’était le créditisme, cher lecteur…
    Dans ce système politique et financier frelaté, l’argent est de la dette dont la majorité n’est garantie par aucun actif. Nos dépôts bancaires ne nous appartiennent plus vraiment. Le créditisme permet à des Etats-providence de financer de folles dépenses qui sont devenues sans aucun rapport avec ce que peuvent financer les contribuables. Des banques-trop-grosses-pour-faire-faillite financent des Etats surendettés et inversement. J’appelle ce système le créditisme.

    Dans certains documents financiers on peut entrevoir la fin de l’Europe avec des responsables qui sont de tout temps les mêmes, « la Politique et la Finance »
    Ce phénomène d’irresponsabilité est très visible et présente dans la majorité de la nouvelle génération, pour tous ceux qui n’ont jamais trouvé autre chose que l’argent facile et pire encore qui sont candidats à tous les pouvoirs financiers et politiques
    Le créditisme n’en est qu’à ses débuts et ne s’arrêtera que par une casse grave et sanglante.
    Il y a quelques jours, les bras m’en sont tombé à l’écoute de cet assisté qui a détourné 300 000€ en 4 ans ! que de pareilles sommes ne puissent pas être visible par les organismes sociaux est scandaleux et montre bien le créditisme et certainement aussi car cela va de paire la fainéantise présente dans tous ces services et peut être aussi dans la société toute entière.

  18. arabal 8 janvier 2017 à 13:32 #

    Actuellement la finance mondiale fonctionne sur le créditisme !!!

    La survie du créditisme se joue-t-elle en ce moment ?
    Comment prendre position quand on s’est mis dans une situation impossible ?
    Le système financier actuel – qui prétend gommer toute les récessions – ne peut vivre qu’avec toujours plus de crédit en entrée et espérer toujours plus de croissance en sortie.

    D’un côté, ‘’ Monsieur le Marché Financier ‘’ ne croit pas à la hausse de taux directeur de la Fed , de l’autre côté, en compulsant de nombreuses données statistiques telles que le chômage, la croissance de l’économie et l’inflation… un ou plusieurs Cadors mandatés par la Finance ont le pouvoir de tourner un gros bouton appelé Taux Directeur.

    Si on tourne vers « + », le crédit en dollar sera un peu plus cher et donc moins abondant. Comme le dollar sera plus cher, le yen, l’euro, la livre, le franc suisse… seront moins chers.

    Une spirale de conséquences néfastes serait alors possible. Comme en 2015. M. le Marché Financier ‘’ne pense pas que le Taux Directeur sera méchant avec lui…
    Ce ne serait pas bien de faire mourir le créditisme.

    Le créditisme, est comme vous le savez ce système monétaire connu dans lequel l’Argent n’est que DETTE.
    Mais ce n’est pas de la dette adossée à quelque chose qui existe déjà. C’est de la dette adossée à de l’argent qui sera gagné plus tard.

    Pour que le créditisme fonctionne, il faut que la dette grossisse toujours. C’est pour cela que le créditisme aboutit à de la « croissance molle ».
    Plus vous contractez de crédit, plus vous investissez mais moins vous gagnez d’argent avec vos investissements.
    ACTUELLEMENT ON NE VEUT PAS regarder les bonnes données.
    C’est même pire encore que vous ne le pensez… Le créditisme profite bien à ceux qui avaient accès en premier au crédit, les privilégiés du circuit de crédit et de Wall Street, mais du côté de Main Street, les résultats sont beaucoup moins flatteurs.

    Pour faire survivre ce système, si profitable à ceux qui le pilotent, il a fallu l’appliquer non seulement à l’investissement mais à la consommation/
    « Consommez d’abord, vous rembourserez quand vous aurez travaillé », ont dit ses promoteurs.

    Évidemment, dans l’économie réelle, il y a peu de gens qui vous proposent
    « voici de l’argent, dépensez et vous me rembourserez quand je vous embaucherai ». Un tel discours vous rendrait méfiant.

    Voila la simplicité du système financier actuel qui étrangle les populations !!!

    Et comme les Banques ont de l’argent à profusion facilement avec ce système, ne soyez pas étonnés que votre épargne n’intéresse plus personne..donc que les pourcentages chutent voir qu’ils vont devenir négatifs….

  19. Godefroid de Couillons 8 janvier 2017 à 13:38 #

    @ Laurent :
    Et cela explique sans doute pourquoi les banques trouvent tous les prétextes possibles imaginables pour refuser abusivement à des personnes parfaitement solvables et malgré des garanties réelles surabondantes,des prêts apparemment sans l’ombre d’un risque pour le prêteur, du moins quant à son remboursement.
    En effet, les banques sont parfaitement consciences qu’avec ce système, les monnaies finiront par s’effondrer et qu’elles seront donc remboursées en monnaie de singe.
    A partir de ce moment là, peu leur importe que l’emprunteur fournisse en garantie hypothécaire la Place Vendôme, l’avenue Foch, le château de Versailles et la Tour Eiffel puisque la banque sait parfaitement qu’in fine, au moment du crash, sa créance ne vaudra plus rien.
    Certes, on aimerait bien retrouver un peu plus de pouvoir d’achat en regroupant ses dettes, mais à défaut, en présence des refus abusifs des banques, on se console en se disant qu’il vaut mieux, patrimonialement être propriétaire immobilier et endetté plutôt qu’épargnant créancier.

  20. Godefroid de Couillons 8 janvier 2017 à 13:51 #

    @arabal :
    Oui, je rebondis sur votre dernier alinéa;
    En effet, quand on se pointe chez le banquier pour essayer de placer les fonds d’une association bien gérée, il prend un air ennuyé pour vous proposer du 0,30 %.
    Après, le même banquier va, pour vous refuser un regroupement de prêts au taux de 10 % avec les assurances qu’en examinant vos comptes, on trouve, oh horreur, un avis à tiers détenteur, ou le refus d’un prélèvement de 29,52 euros, étant précisé que les banquiers ont tout intérêt à provoquer des incidents apparaissant sur les comptes, pour, d’une part :
    – empêcher les clients de changer de banque
    – et d’avoir des gratifications plus importantes en fin d’année.

  21. Laurent 8 janvier 2017 à 17:08 #

    Pas faux sauf que contrairement à votre conclusion, les banques n’ont pas d’argent liquide et c’est là la vraie crétinerie, tous leurs avoirs sont des dettes publiques que les états et les collectivités n’arrivent plus à rembourser, et le comble de la crétinerie est que tous les biens de la société servent à de nouveaux prêts aux Etats et Collectivités pour rembourser leurs crédits qui ne font qu’augmenter tout comme les Impôts, taxes et charges.
    Toute chose à ses limites mais hélas la crétinerie des Politiques et Financiers n’a pas encore atteint le fond des tiroirs, il y a encore du liquide qu’il faut supprimer, et peut-être quelques petites niches de placements ou on peut encore tirer quelques sous comme les caisses de retraite qui ne sont pas toutes vides.

  22. Contestator 8 janvier 2017 à 18:43 #

    Je vois que les derniers commentateurs « commencent » à toucher du doigt ce qui fait mal et que nous paieront obligatoirement un jour : les banques sont riches de deux choses:
    – du système mondial qui les favorisent outrageusement en ne vendant que de la dette, au détriment de leurs déposants ou « emprunteurs » quand ceux-ci peuvent emprunter,
    – de la connerie sans borne de tous ceux qui déposent leur argent sans y être obligés ou qui leur laissent « parce que c’est plus sûr !  » BERCY EST INFORME !
    Sans être un Cassandre, il faut avoir de la peau de saucisson sur les mirettes pour ne pas voir leur derniers manèges, de concert avec les politicards, mettre la main sur les espèces tout simplement pour honorer LEURS DETTES !
    Conclusion, gardez au chaud vos espèces, or, argent, pierres précieuses et biens monnayables rapidement, car même avec une inflation, qui est supérieure et de loin aux chiffres officiels, vous avez moins de « chances » d’être volés par des casseurs que par votre Etat !
    Pour info, lisez ce qui ce passe en Inde où on interdit les grosses coupures (toujours au prétexte fallacieux de la sécurité),
    On va vers une inflation galopante mondiale et vraisemblablement vers un RESET des monnaies. Mais il faut pour cela que tous les Etats grâce à leurs banques disposent de tous les avoirs des particuliers ou les contrôlent. Ceux qui n’auront pas compris à temps seront plumés, à poil, et bien pire que maintenant !

  23. Godefroid de Couillons 8 janvier 2017 à 19:13 #

    Décidément, force est de constater :
    – que la monnaie est rien,
    – et qu’il importe qu’au plus tôt, chaque nation, à commencer par la France, retrouve sa souveraineté monétaire.
    L’élection présidentielle de 2017 en est l’occasion.
    Donc, à la poubelle, sans état d’âme : FILLON, MACRON, VALS et les autres candidats à la primaire de gauche et quelques autres,
    Concentrons nous principalement sur, par ordre alphabétique : ASSELINEAU, DUPONT-AIGNAN, Marine LE PEN qui apparaissent comme les seuls candidats votables.

  24. arabal 8 janvier 2017 à 22:00 #

    @Contestator
    OUI+1000
    «  »…Mais il faut pour cela que tous les Etats grâce à leurs banques disposent de tous les avoirs des particuliers ou les contrôlent. Ceux qui n’auront pas compris à temps seront plumés, à poil, et bien pire que maintenant !… »

    C’est déjà bien parti avec les Assurances Vies..Les Banques ont le droit de bloquer les sorties d’argent si mouvement important de tentative de reprendre son argent .se manifeste..les livrets A et Cie…idem…
    Je crois qu’une catastrophe n’épargnera personne et échanger la grosse gourmette en or de Mamie pour acheter un saucisson pur porc aura vite ses limites aussi…

  25. Godefroid de Couillons 8 janvier 2017 à 23:53 #

    Pour certains, il devient prudent de répartir ses avoirs entre plusieurs banques différentes de manière à y avoir, dans chacune d’elles moins que le montant fatidique au-delà duquel les dépôts sont mis à contribution pour sauver la banque en faillite, et également pour y déposer ou retirer plus facilement, plus discrètement et plus rapidement des espèces.

  26. Gass 25 janvier 2017 à 14:20 #

    A mon avis le numérique ,le numérique est très pratique ,mais au lieu d’aider l’homme dans ,il finit par prendre çà place de plus il ne paie aucune charge sociale, par conséquent, je pense qu’il devrait être plus taxé qu’il ne l’est au sein des entreprises et considéré comme un employé à part entière, Il n’y a plus de place au sein des entreprise pour des gens non qualifiés ,il faut tout de même penser que pour vivre l’homme à besoin de gagner de l’argent, les progrès de la sciences ,ne sont faits que pour ceux qui en ont les moyens toutes les grandes inventions ,devraient tomber ,presque immédiatement dans le domaine publique. C’est une simple question de survie pour chacun d’entre nous. Il faut se décider à savoir si nous travaillons tous pour le progrès de l’humanité ,ou notre seul bien-être, on se rend compte au fur et à mesure des époques, que les hommes sot toujours parvenus à régler plus où mois pacifiquement les problèmes qui ce sont posés; j’ai une grande foi dans l’humanité, et je souhaite de tout cœur qu’elle résolve l problèmes actuels si elle veut perdurer

  27. Godefroid de Couillons 26 janvier 2017 à 01:47 #

    @Gass :
    C’est une évidence,on a et on aura de moins en moins besoin de l’homme pour le travail, du moins pour le travail productif, et, dans un sens, c’est un progrès car le travail n’a aucune valeur en lui-même. Dans la Genèse de la bible, le travail est même une malédiction « Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front » dit Yahwé à Adam en le chassant du paradis terrestre.
    Quant aux cotisations, c’est pas compliqué, il faut petit à petit en dégrever la masse salariale et les asseoir sur le chiffre d’affaire.
    Dans le plus ancien de nos régimes de sécurité social, le régime des clercs et employés de notaires a pour caractéristique d’asseoir une partie des charges patronales sur le chiffre d’affaire. Ce ne serait pas donc vraiment une révolution de faire comme les notaires.

Laisser un commentaire