Nous sommes tous des OGM

Le développement du bio est un de ces phénomènes de société qui a été créé artificiellement et est entretenu par un lobby qui en tire d’énormes profits tout en mystifiant le consommateur. Ce dernier est abreuvé de désinformation et laissé dans l’ignorance totale de la réalité de la situation. L’une des croyances propagées par le lobby et gobées par la population est celle d’une agriculture sans pesticide et n’utilisant que des produits naturels et donc nécessairement bons.

Il existe plus de 350 000 espèces végétales et chacune a développé des gènes visant à la protéger contre les parasites qui la menacent. Ces gènes permettent en particulier de générer des pesticides capables de combattre les bactéries, les insectes ou les champignons. Pour une même espèce, ces gènes varient selon la position géographique afin de faire face à des parasites différents. Une simple modification génétique peut produire plusieurs pesticides si bien qu’il existe dans la nature des millions de pesticides différents dont on ne sait pratiquement rien.

Un exemple intéressant est celui du maïs MOM810. Il a reçu synthétiquement un gène de Bacillus Thuringiensis (BT) prélevé sur des bactéries du sol qui produisent de nombreux pesticides. Depuis fort longtemps, les producteurs de produits bio extraient ce même produit utilisé en grande quantité comme pesticide bio. Un pesticide bio est un pesticide qui provient de la nature, comme le BT. Mais évidemment les producteurs bio sont des saints alors que Monsanto représente le diable, même s’ils utilisent le même gène…

Nous avons dans nos assiettes des dizaines de pesticides naturels totalement incontrôlés. La mise sur le marché de ces produits « naturels » est en effet parfaitement libre et leur présence dans les aliments est ainsi sans aucun contrôle, contrairement aux produits synthétisés qui eux sont fortement régulés. Un pesticide industriel nécessite en effet des années d’études d’impact – toujours contestées par des armées d’associations de tout poil – avant d’obtenir une autorisation de mise sur le marché. Un pesticide naturel n’est soumis à aucune autorisation !

La majorité des 350 000 plantes existant dans la nature sont toxiques pour l’homme qui en cultive seulement quelques milliers. La non-toxicité des plantes cultivées est appréciée empiriquement en fonction des cas de décès : les morts servent de garde-fous aux vivants. Les problèmes causés apparaissent cependant des années plus tard et une partie des maladies du vieillissement provient de ces pesticides naturels omniprésents dans nos assiettes. Les pesticides naturels représentent en effet 99,9% des pesticides qui se trouvent dans notre nourriture, les pesticides industriels – parfaitement contrôlés en utilisation comme en dose résiduelle – ne représentant que les 0,1% restant. Il s’agit d’un problème de santé publique qui est ignoré et loin d’être résolu.

Prenons l’exemple de la pomme de terre. Celle-ci se protège principalement grâce à un pesticide naturel dénommé Solarine. Il s’agit d’un produit toxique dont la teneur varie suivant les quelque 4000 types de pommes de terre aujourd’hui cultivées. Les effets de la Solarine sont amplifiés lorsque la pomme de terre est exposée aux UV. Ce phénomène a entraîné des décès d’animaux et d’humains au Canada. Evidemment ce type de problème fait rarement la une des médias.

Le cas le plus frappant – et gardé soigneusement sous le tapis écolo – est celui de la Roténone. Il s’agit d’un pesticide bio extrait de plantes tropicales et utilisé largement depuis de nombreuses années. Des études américaines ont montré que les utilisateurs de produits bio utilisant la Roténone développaient la maladie de Parkinson avec une fréquence 2,5 fois supérieure à celle de la population générale. La Roténone a été très vite interdite aux USA mais elle est restée tolérée en France jusqu’en 2011 notamment pour les cultures de pommes, de pêches, de vigne, de cerises et de pommes de terre. Quelle association – écolo évidemment – a organisé une pétition pour prendre en charge les victimes parkinsoniennes de la Roténone ? Quelle plainte a-t-elle été déposée contre les producteurs utilisant la Roténone alors que chaque jour des plaintes sont déposées contre les pesticides industriels ? Un Américain ingère chaque jour 1,5 g de pesticides naturels, dose énorme lorsque l’on connaît la toxicité avérée de certains produits. A titre de comparaison, les médicaments sont consommés à des doses de milligrammes par jour. Un exemple intéressant : la toxine botulique, qui est un produit naturel, est 10 millions de fois plus toxique que les toxines industrielles ce qui ne l’empêche pas d’être utilisée en esthétique.

Il faut enfin savoir que quasiment aucune plante cultivée aujourd’hui n’est une plante « d’origine » car depuis des milliers d’années les agriculteurs ont cherché à améliorer leur production par croisement et hybridation des espèces.

Les organismes génétiquement modifiés ne se limitent pas aux plantes. Depuis l’antiquité, les animaux et les êtres humains ont utilisé des substances pour se défendre contre les maladies. Certaines sont entrées dans les gènes créant ainsi des organismes génétiquement modifiés. Il en est de même chaque fois qu’un vaccin est utilisé. Celui-ci introduit un système génétique étranger produisant des anticorps. Nos thérapies génétiques modernes utilisent le même principe.

Les promoteurs du bio sont des apprentis sorciers qui nous testent comme des cobayes en utilisant des pesticides naturels hors de tout contrôle et souvent toxiques. Les gobe-tout écolos leur font aveuglément confiance. La stupidité de la nature humaine n’a pas de limite !

CLUB DANTON

Déjà un commentaire, laissez un commentaire

Une réponse à Nous sommes tous des OGM

  1. Anonyme 20 août 2016 à 12:34 #

    VOUS TRAVAILLEZ POUR LA DROITE C’EST BIEN VISIBLE
    CHIREC N’A FAIT DES CONNERIES ET BIEN BOUFFER AU SALON ET FERMER LE SERVICE MILITAIRE. DES HOMMES QUE NOUS AVONS BESOIN POUR SÉCURISER LA FRANCE
    IL EST BIEN DE FAIRE DU SERVICE QUE DE PAYER DES CHÔMEURS QUI RESTENT DORER LA PILULE.
    SARCO LUI EST TRAVAILLER AU CATCHER ET POUR LUI ET QUE POUR LUI. IL AS FOUTU LA FRANCE SONT LES DETTES QUI SONT DEVENUES ÉNORMES SANS RIEN DIRE A SON CONCURRENT. le réaliste

Laisser un commentaire