Global Footprint Network : La même supercherie tous les ans !

Dans la ligne droite des arnaques écologiques concernant en particulier le CO2, une ONG a créé en 2003 le « Global Footprint Network » qui évalue l’empreinte écologique de chaque pays et de la planète dans son ensemble.

« L’empreinte écologique mesure les surfaces alimentaires productives nécessaires pour générer les ressources qu’un individu, une population ou une activité consomme, ainsi que pour absorber les déchets générés. Cette surface est exprimée en hectares globaux, c’est-à-dire en hectares ayant une productivité égale à la moyenne terrestre ».

Pour faire bonne mesure l’ONG ajoute : « l’être humain est l’espèce la plus prospère de la planète. Cependant nous utilisons davantage de ressources que ce que la planète peut produire. Nous sommes en surconsommation écologique globale ».

Et chaque année l’ONG publie un document vers la mi-Août indiquant que l’humanité a d’ores et déjà consommé toutes les ressources naturelles nécessaires à son existence et qu’il lui faut ainsi plus d’une terre pour subvenir à ses besoins.

Toute cette farce s’appuie sur un réseau de gourous présents dans 200 municipalités de 23 nations et sur un ensemble de partenaires ce qui permet à l’ONG d’affirmer recueillir les meilleurs praticiens mondiaux de l’empreinte écologique. Cette ONG s’inspire par ailleurs largement des méthodes du GIEC, dont l’efficacité n’est plus à démontrer, pour propager une théorie absurde, sans aucun fondement scientifique, en s’appuyant principalement sur la peur.

Mais regardons les faits.

La surface totale du globe est de 51 milliards d’hectares. Sur cet ensemble, environ 12 milliards d’hectares sont effectivement utilisés avec la ventilation suivante :

  • Champs cultivés : 1,6 milliard,
  • Pâturages : 3,6 milliard,
  • Forêts : 3,9 milliard,
  • Terrains construits : 0,2 milliard,
  • Pêche : 2,9 milliard.

Mais pour calculer l’empreinte écologique, les surfaces effectivement utilisées ne suffisent pas. S’il n’y avait que cela, la démonstration de la soi-disant « surconsommation écologique » serait bien difficile car nous sommes loin d’avoir utilisés toutes les surfaces disponibles. L’ONG a ainsi trouvé une astuce : considérer le CO2 comme un déchet et transformer les émissions de CO2 en hectares ! Apprécions la rigueur scientifique de cette approche… Mais l’ONG cherche uniquement à faire peur et se moque parfaitement de la science. Le GIEC utilise la même méthode et a inventé le concept de « forçage radiatif » qui n’a aucune base scientifique mais permet de démultiplier les effets du CO2 et le couplant avec la vapeur d’eau.

Les « hectares CO2 » représentent en fait plus de la moitié des hectares utilisés dans le calcul de l’empreinte écologique. Voici les chiffres publiés concernant la ventilation de l’empreinte écologique de la France :

  • Hectares CO2 : 52%
  • Cultures : 26%
  • Forets : 8%
  • Pâturages : 6%,
  • Pêche : 3%,
  • Constructions : 5%

Ainsi, pour la France tous les secteurs sont à peu près à l’équilibre et ont les surfaces nécessaires. Mais grâce aux hectares CO2 l’ONG peut prétendre que la France a utilisé toutes ses ressources disponibles au milieu de l’année ! Le CO2 fait vraiment fort ! Le même raisonnement s’applique au monde entier. Ce sont les « hectares CO2 » qui font défaut et qui conduisent l’ONG et ses relais à affirmer qu’il faut 1,6 planète pour subvenir aux besoins de l’humanité.

Ceci est d’autant plus ridicule que le CO2 est, avec l’eau, l’un des véhicules de la vie. Le CO2 permet de construite les carbohydrates qui sont à la base de la vie. Pourquoi ne pas aussi comptabiliser l’eau comme un déchet ! Le plus affligeant sont les propos de certaines ONG affirmant que le CO2 diminue le rendement des cultures alors la réalité est exactement inverse.

Depuis une trentaine d’années, l’augmentation de la teneur de CO2 dans l’atmosphère a permis d’augmenter le rendement des principales cultures de 20% à 30%. Cette tendance va se poursuivre ce qui en soi est une très bonne nouvelle. Les pays en voie de développement profitent des émissions de CO2 des pays développés pour nourrir leur population. Contrairement à ce qui est affirmé par les écolos, il n’y a pas d’accroissement des inégalités par le CO2, bien au contraire. La vérité scientifique est la suivante : plus il y a de CO2 dans l’atmosphère, plus les rendements agricoles progressent, et mieux les hommes sont nourris. Combattre la faim dans le monde n’est-il pas un noble combat ?

En l’absence des hectares CO2, totalement fictifs, la terre a une empreinte écologique équilibrée. Elle l’a toujours été et le sera toujours. La population terrestre va stagner aux alentours de l’an 2050 et commencer à décroître au-delà. D’ici là la généralisation massive des OGM, utilisés à peu près partout dans le monde sauf en France, va permettre de nourrir très largement la population terrestre. Et malheureusement, dans certains endroits les famines continueront à jouer un rôle de régulateur des populations. Le CO2 et les OGM sont les meilleurs alliés des populations pauvres et le moyen le plus efficace d’éviter les famines.

Quand on lit les inepties du Global Footprint Network et leur reprise moutonnière par nos médias, on mesure l’ampleur des absurdités qui alimentent le monde écologique et, par-delà les initiés, les troupeaux de naïfs, d’ignares, de peureux, de manipulateurs, de profiteurs, de copains et de coquins, …

Comment la France, nation rationnelle et scientifique, avec un nombre très élevé de bacheliers, peut-elle ignorer les principes élémentaires de la physique et de la chimie ? Les français raillent ces américains qui pensent que la terre est plate et a été créée il y a 5 000 ans, mais en matière d’absurdité écologique ils sont bien pires qu’eux !

Les français ont un devoir de réflexion et de recherche d’information pour apprécier au mieux la réalité scientifique de base, au-delà des soi-disant vérités absolues assénées sans aucun contrôle par les médias.

Il suffit qu’une information émane du lobby écolo pour qu’elle soit considérée comme parole d’évangile ! Il est vrai que même le pape s’y est mis en reprenant dans sa bien triste encyclique « Laudato Si » la totalité des thèses du GIEC (et une partie de celles de Trotski…) !

 

CLUB DANTON

Déjà 7 commentaires, laissez un commentaire

7 réponses à Global Footprint Network : La même supercherie tous les ans !

  1. Tolezor06 28 août 2016 à 15:31 #

    Tout à fait d’accord. y compris avec les absurdités du GIEC.
    Mobilisons-nous pour rendre nos compatriotes plus rationnels!

  2. Godefroid de Couillons 29 août 2016 à 14:08 #

    Et ne pas oublier que le CO2, ce n’est que 0,04 % de l’atmosphère terrestre… Il est donc permis de relativiser ses prétendus méfaits!

  3. Weiss 29 août 2016 à 15:12 #

    Les Français, mais ils ne sont pas les seuls loin de là, ont perdu l’habitude du questionnement. Plus rien n’est mis en doute. Il suffit d’affirmer avec une certaine conviction et c’est acquis. Et il en va de même dans tous les domaines, que ce soit politique, social, économique ou scientifique, ils ne doute plus, ils acceptent « béats » les affirmations avant de pleurer sur leur sort sans, encore une fois se poser la question du « pourquoi en est-on arrivés là » ? Bien triste…

  4. Godefroid de Couillons 16 septembre 2016 à 10:36 #

    Les français sont soumis à un lavage de cerveau qui n’a rien à envier à celui que pratiqua Feu Mao Tsé Toung.

  5. Isa 11 mars 2017 à 14:01 #

    C bien? ????❤️☺️?☺️?????

  6. tchouka 31 mars 2017 à 18:55 #

    Cool l’application

  7. Ryan 4 juin 2017 à 20:19 #

    C’est vraiment trop bien ❤️

Laisser un commentaire

Powered by WordPress. Designed by WooThemes