Paris et les inondations : un manque de volonté permanent

Pour ceux qui ont été inondés la crue de 2016 a été une épreuve mais cette crue n’a in fine eu que des effets mineurs sur la capitale et la zone aval. Gageons qu’elle va faire couler beaucoup d’encre mais que peu de décisions fortes et pérennes seront prises.

Le niveau atteint à Paris en 2016 est de 6m50 : il est loin des niveaux atteints lors des grandes crues précédentes : 7m32 en 1924, 8m62 en 1910, et même 8m96 en 1658.

Et rien ne prouve que le niveau record de 9 mètres soit le maximum possible. Si l’évaporation des océans augmente par rapport à ce qu’elle était au siècle dernier, les précipitations peuvent augmenter et générer des crues de plus grande ampleur. Le concept de crue centennale ne veut pas dire grand-chose. En 2004, la Vltava a envahi Prague avec un niveau inconnu depuis 500 ans. Pour une ville pourtant beaucoup plus petite que Paris, il a fallu six mois pour remettre une partie du métro en route.

Avec des hauteurs d’eau de 8 à 9 mètres, la décrue peut durer trois ou quatre mois pendant lesquels toute l’activité du Grand Paris sera interrompue. La zone impactée ne sera en effet pas réduite à Paris intramuros mais débordera largement sur une partie de l’agglomération parisienne. L’OCDE pense que cinq millions d’habitants seraient impactés, que les coûts directs pourraient aller jusqu’à 30 milliards et les coûts indirects jusqu’à 58 milliards.

Les quatre réservoirs existant de 800 millions de m3 permettent une réduction de niveau de 70 cm, c’est-à-dire que la crue de 1910 serait de 8 mètres. Le creusement des bassins du projet de la Bassée le long de la Seine (500 millions de m3) permettrait de diminuer la hauteur de quelques dizaines de centimètres supplémentaires mais cela reste totalement insuffisant pour protéger Paris.

En d’autres termes, depuis 1910 on n’a pratiquement rien fait pour protéger Paris de ces crues dont le coût pourrait pourtant être astronomique. Le « petite » crue de 2016 va coûter probablement plus de 2 milliards. Et le coût varie exponentiellement en fonction du niveau atteint.

Par ailleurs, si la décrue dure trois au quatre mois, on serait obligé d’évacuer plus d’un million d’habitants et autant de véhicules. Où ces habitants iraient-ils ?

En cas d’inondation majeure, étant donné qu’on ne se chauffe plus au bois et que le gaz et l’électricité seraient probablement coupés, on ne voit pas comment 2 à 5 millions de personnes pourraient être chauffées et alimentées. On ne connait pas non plus l’effet de l’envahissement des carrières souterraines sur la tenue des immeubles, même récents.

Enfin, cette dernière crue nous laisse une confiance limitée en « Vigicrues » dont les prédictions de niveau sont passées en moins de 10 jours de 4m50 à 5m50 puis à 6m30 pour finir à 6m50 ! Quand on connaît la différence majeure en termes d’impact entre 4m50 et 6m50 on apprécie le manque total de précision de ces prédictions.

La question que doivent se poser nos décideurs politiques est de savoir si on peut se passer de vraiment protéger Paris.

Après la crue de 1910, un des projets examinés a été celui d’un canal de fuite dans le sud de Paris qui court-circuiterait les méandres de la Seine. Il avait été écarté car il ne protégeait pas l’aval.

Ce type de canal de fuite est courant aux USA et aurait un débit supérieur à la Seine car il aurait une pente 3 à 4 fois plus grande avec une longueur 4 à 5 fois inférieure à la longueur de la Seine à Paris. Depuis 1910, on a beaucoup construit au sud et nous ne voyons plus cette hypothèse dans les études de l’OCDE.

Pourquoi alors ne pas envisager des canaux de fuite dans d’autres villes en aval ?

Quelques élus devraient se déplacer à Los Angeles pour voir de tels ouvrages.

Evidemment, comme d’habitude Ségolène Royal s’est gargarisée sur la prévention des crues à Paris alors que la France n’a pratiquement rien fait depuis 1910, si ce n’est de construire quelques barrages capables de diminuer la hauteur des crues de quelques dizaines de centimètres sur un niveau total tout à fait inconnu.

Une crue centennale dans les années à venir est tout à fait possible. Et même en considérant que la probabilité d’un tel événement est faible, son coût potentiel astronomique devrait nous inciter à dépenser ce qu’il faut pour traiter le problème. Il y a bien d’autres dépenses bien moins essentielles.

Il est un peu dérisoire de constater que notre e défense consiste en 50 000 moellons stockés pour protéger les entrées de métro. Mais de quelle utilité seront-ils lorsqu’on aura 10 à 20 mètres d’eau au-dessus des galeries du métro ? Les fuites aux joints et les bouches d’égout auront vite fait de remplir les tunnels du métro si la crue dure quelques semaines. Ce sont surtout des « parpaings psychologiques » qui rassurent peut-être mais ne protègent rien.

Et Anne Hidalgo ferait bien de se préoccuper avant tout des parisiens plutôt que de dilapider leur argent en subventions aux associations de tous poils, en aide aux pays africains, ou en organisation de manifestations soi-disant culturelles qui n’intéressent qu’une poignée de bobos de sa connaissance.

Se rend-elle seulement compte des dégâts physiques et psychologiques de quelques mois d’inondation sur des millions d’habitants ? Apprécie-t-elle les dizaines de milliards nécessaires à la reconstruction et à la remise en état de la capitale ?

Mais non, Parisiens, dormez tranquilles, vous vous débrouillerez tout seuls lors de la prochaine grande inondation.
CLUB DANTON

 

seine en crue

Déjà 53 commentaires, laissez un commentaire

53 réponses à Paris et les inondations : un manque de volonté permanent

  1. Anonyme 12 juin 2016 à 15:18 #

    Totalement d’accord avec le club Danton!

  2. Godefroid de Couillons 12 juin 2016 à 16:05 #

    En lisant cet article, je ne peux m’empêcher de songer à une image qui figure dans un ouvrage de Camille Flammarion.
    Flammarion y écrit en substance, il y a plus cent ans, que tous les savants qui se sont intéressés à la question sont d’accord pour affirmer que Paris finira par disparaître, submergé par les flots.
    Les dits savants divergent seulement quant à l’époque à laquelle cela sera.
    Pour figurer cette vision futuriste et, semble t il inéluctable, il illustre son propos d’une image représentant un Paris totalement immergé au fons d’ un océan à la surface duquel voguent des navires du type des clippers à voile à trois mois du 19ème siècle.
    A méditer…

  3. STEPIEN 13 juin 2016 à 08:34 #

    Les politiques ont l’habitude de réagir lorsqu’ils ont la tête dans le mur (ou sous l’eau), alors on a le temps…Pourtant il vaut mieux prévenir que guérir…Mais leur principale préoccupation est la prochaine élection, en oubliant pourquoi ils ont été élus : organiser l’avenir.

  4. pol 13 juin 2016 à 16:06 #

    Politique = silence radio face aux vrais problèmes

  5. patrick Mohamed 13 juin 2016 à 17:30 #

    On a des politiques en france ??
    ils font qui ?
    en dehors de créer des lois de merdes ?

  6. Anonyme 13 juin 2016 à 18:22 #

    Au fond, pourquoi financer toutes ces grandes écoles et d’universités si on ne forme pas les ingénieurs compétents qui vont (insister pour) proposer des solutions durables et viables ?
    On se trompe « grave » si l’on croit que tout cela va se résoudre en mettant l’accent que seulement sur la formation en commerce et en nouvelles technologies.
    Bien évidemment en concertation avec les politiciens de tout bord qui sont les premiers responsables.
    Je crois que nous avons un ministère qui s’occupe de l’aménagement des territoires ?

  7. Tata 14 juin 2016 à 09:22 #

    Arrêter de Construire autour des Cours d’ Eau de tous Types.

    L ‘eau , Personne ne l ‘arrête .. Même Canalisée…

  8. LE MEN 14 juin 2016 à 11:23 #

    l’idée d’un canal souterrain est effectivement très séduisante, quoi que (peut-être?) pas donnée….
    Ne pourrait-elle pas être couplée à un tunnel submersible en cas d’inondation servant en temps ordinaire de simple « ligne de métro »?

  9. Godefroid de Couillons 14 juin 2016 à 12:19 #

    Un tel canal souterrain courcircuitant les méandres de la Seine est sans doute une bonne idée pour Paris et la zone qui se trouve en amont de Paris, mais qu’en sera t il en ce qui concerne la zone en aval du confluent de la sortie du canal et de la Seine ?

  10. Anonyme 14 juin 2016 à 21:40 #

    CLUB DANTON, arrêtez de continuer à mentir aux Français en parlant d’aide aux pays africains .Les Africains reçoivent surtout des rébellions financées par l’état français (Mali,), des dictateurs (Togo, Gabon, Côte d’Ivoire, Cameroun, Congo, …etc.), des organisations criminelles (Boko Haram, ).Si vous appelez cela  » aide », je ne crois pas ! Les aides vont surtout aux associations de promotion d’originaires d’Israël ; Anne Hidalgo peut vous en dire quelque chose .En revenant à la crue, c’est un manque de volonté politique, le politicien français est préoccupé par son compte en banque. C’est le premier pilleur de l’économie qui est prêt à vendre les entreprises françaises pour bien sûr percevoir une occulte commission qu’il ira placer dans un paradis fiscal ! Celui qui était venu combattre le monde de la finance est devenu leur plus fidèle allié ; dites-moi, si ce n’est pas la corruption, qu’est-ce que c’est ?! Les politiciens attendront patiemment que la crue baisse, et ils viendront parler d’assurances et d’indemnisations et le problème demeurera entier jusqu’à la prochaine crue ! Si la crue se généralise, ils s’envoleront en Israël au pays du roi de la finance, chez Rostchild, pour lui servir du thé et lécher son cul !
    Pour lutter contre les inondations il faut avoir de l’imagination : barrages, déviations de cours d’eau, voir ce qui se passe chez les autres, ..etc. Si on est capable de faire un tunnel sous la manche on peut être capable de trouver des solutions contre les inondations mais il ne faut pas compter sur cette génération de ripoux.

  11. Mr GRICOURT LUC 15 juin 2016 à 20:35 #

    Bonsoir ; et si on commençait à curer le lit des rivières et des fleuves et peut etre de les élargir ??? l’eau il faut bien qu’elle passe …

  12. Anonyme 16 juin 2016 à 17:43 #

    Une autoroute à 6 voies plus terre-plein central, voies d’arrêt d’urgence et bas cotés devrait faire aux alentours de 35 m de large. Si elle courcircuite toutes les boucles depuis l’amont de Paris jusqu’à l’estuaire, sa pente moyenne devrait être de deux à trois fois celle de la Seine, en ligne droite. ça ferait une belle autoroute pour doubler l’A13 et un excellent canal d’évacuation des crues…Mais ça coûterait quelques milliards…

  13. Anonyme 17 juin 2016 à 19:57 #

    Rien à faire de Paris!!!

  14. escarbassiere 17 juin 2016 à 20:24 #

    Paris ne s’intéresse pas à nous alors pourquoi on s’intéresserai à la capitale,j’ai eu le désespoir d’y vivre et travailler 3 ans,alors si l’eau monte c’est qu’il a beaucoup plu,mon jardin est une éponge et tout le le monde s’en fout;il a plu ici 110 pour cent de plus que l’an dernier et on fait avec,mais personne n’est inondé car il y a peu de monde et on ne construit pas n’importe où.

  15. Anonyme 19 juin 2016 à 11:25 #

    Il est pourtant simple et logique de comprendre qu’un canal de dérivation des eaux de la seine ne peut-être efficace que si celui-ci ne se rejette pas dans celle-ci!
    Mieux pour paris, peux-être, mais plus dur pour l’aval!
    D’après la carte, On sent bien que le centre du monde est au dessus de Paris.

  16. Anonyme 19 juin 2016 à 11:30 #

    Le principe des vases communicants, vous connaissez?
    Inefficace et on voit bien sur la carte une crue de parisianisme écœurant !

  17. Anonyme 20 juin 2016 à 12:59 #

    j aime pas paris

  18. Martial 20 juin 2016 à 13:50 #

    Je pense qu’il faudrait un canal qui en cas de montée des hauts que celui ci puisse drainer le surplus d’eau sans passer par Paris . Ce canal pourrais aller directement à la mer . C est un investissement important mais éviterait une catastrophe à Paris . Il y a aussi plusieurs canal dans l’est de la France , l ‘eau en plus peu aussi être évacuée par ces canaux .

  19. jean-louis Roche 21 juin 2016 à 06:28 #

    Bravo! Génial votre article! je pensais que tout le monde avait déjà oublié les inondations. Les crétins qui nous gouvernent et qui veulent appauvrir et museler un peu plus la classe ouvrière avec leur pute 49.3, ont oublié déjà avec leur politique politicienne bourgeoise à courte vue. Je pense que les tarés successeurs de la droite feront pareil. Désolé mais je pense que ce n’est que dans la société communiste qu’on s’attaquera à l’irresponsabilité du profit: par exemple puisque certaines zones de la planète manquent d’eau, on videra les tubulures à pétrole puant pour envoyer notre eau en surplus dans leurs contrées malheureuses, et on trouvera une solution pour ne plus supporter l’absence de ciel bleu depuis des mois sur le toit de la France. Ce qui est aussi déprimant que les inondations, et l’impéritie de la Hollandis.

  20. Anonyme 21 juin 2016 à 10:11 #

    hollande tu es nul en president

  21. Anonyme 21 juin 2016 à 10:24 #

    hidalgo tu es nulle tu te moque des parisiens ,tu dilapides l argent des contribuables , si tu en a trop baisse les impôts. tu devrait vivre en Espagne mais je pense que tu connais le proverbe »nul n est prophète en son pays. la roue tourne….

  22. rascal 21 juin 2016 à 20:39 #

    si vous regardez les courbes du site :
    http://seinegrandslacs.fr/ vous remarquerez que l’efficacité des lac est mauvaise au mois de juin car les lacs étaient pleins à plus de 95% avant la crue pour les activités nautiques. le lac de la marne a été plutôt efficace mais a terminé avec un remplissage de 100%(pas de marge de sécurité), celui de la seine a eu un débit en aval supérieur au débit en amont pendant la crue … cherchez l’erreur …

  23. Godefroid de Couillons 22 juin 2016 à 09:12 #

    Il ne faut pas oublier que jusqu’à une période pas très éloignée, les parisiens ne payaient pour ainsi dire pas de taxe foncière !

  24. Anonyme 22 juin 2016 à 10:16 #

    les décideurs manquent toujours d’audace pou résoudre les probl’mes

  25. retraité59 22 juin 2016 à 23:32 #

    Bonsoir .
    La France n’a jamais eu de politique pour les inondations comme aux Pays Bas , on préfère dépenser dans le social .
    Ceci dit , pourquoi ne pas aller voir dans les pays qui s’organisent contre ce fléau qui est l’ inondation. Dans le Nord il y a des pompes qui assèchent les terres qui se trouvent en dessous du niveau de la mer et cette eau est rejetée dans des canaux qui eux même se jettent dans la mer du Nord , un système d’écluses protègent les terres d’ un retour de l’eau par haute marée , un système simple et efficace.
    Pourquoi ce système n’ est pas retenu pour d’autres régions de France.

  26. Anonyme 29 juin 2016 à 22:38 #

    Ici règne le YakaFauquon … Yaka faire ceci, yaka payer cela. Fauquon fasse cela, fauquon paye ceci …
    Le canal de fuite, vous le faites passer par votre appartement bien sûr, les milliers de logement et entreprises vous les relogez dans votre jardin, c’est certain !!!

  27. Heip 30 juin 2016 à 05:12 #

    Investir en amont pour protéger Paris d’une inondation est réalisable techniquement. Un tel chantier demanderait beaucoup d’argent et beaucoup de temps. Seule, une décision politique pourrait le permettre. Là est le vrai problème, car le long terme n’intéresse personne, car d’autres priorités plus visibles et donc plus intéressantes en matière de communication des politiques passeront avant. Pourtant, des retenues d’eau comme le lac du Der, génèrent de l’activité touristique, des zones naturelles pour les oiseaux, et mettent en valeur des territoires. En France, on préfère réparer les dégâts plutôt que de les prévenir, ce n’est pas nouveau et c’est vrai dans tous les domaines.

  28. Anonyme 3 juillet 2016 à 16:46 #

    Intéressants les commentaires ci-dessus… Ils montrent bien le drame du référendum. Tous ces avis publiés sont un ramassis de sottises de gens incultes qui extériorisent leur rancœur en disant vraiment n’importe quoi et qui ne savent même pas l’écrire sans fautes énormes… Triste France!

  29. Godefroid de Couillons 3 juillet 2016 à 20:37 #

    @anonyme du 03 Juillet :
    L’orthographe est l’intelligence des ânes ai-je souvent entendu dans mon jeune temps …
    A vrai dire je n’en suis pas tout à fait convaincu.
    En revanche, que des ânes comme vous maîtrisent presque parfaitement l’orthographe, vous venez de m’en convaincre un peu plus…

  30. Anonyme 4 juillet 2016 à 10:08 #

    C’est que l’âne n’est pas si bête que celui qui le croit bête.
    Un peu de sérieux: il n’y a pas que des crétins chez les politiques et dans les administrations. Attribuer à M. Hollande ou Mme Hidalgo la responsabilité des difficultés à maîtriser l’écoulement de l’eau, c’est du populisme absurde. On peut les critiquer, je ne m’en prive pas, mais pas sur ce sujet! Qui connaît vraiment le sujet scientifiquement sait combien il est complexe et je maintiens que les avis simplistes et péremptoires sont désolants.

  31. Godefroid de Couillons 4 juillet 2016 à 12:00 #

    @anonyme du 04 juillet :
    En effet, chez les hommes politiques et dans les administrations, il n’y a pas que des crétins, loin s’en faut.
    En revanche, on y trouve quantité de salopards (surtout chez les hommes et femmes politiques des partis dits « de gouvernement ».

  32. Anonyme 4 juillet 2016 à 19:44 #

    le godefroid toujours aussi couillons avec ses propos !!!

  33. BULLDOG 52 5 juillet 2016 à 11:08 #

    avoir sacrifié plusieurs village de la marne pour agrandir le lac du DER qui devait servir de régulateur à la montée des eaux sur Paris !!! ENCORE UNE REUSSITE DE NOS HOMMES POLITIQUES DE L’EPOQUE !!!!!

  34. nonoH 5 juillet 2016 à 23:16 #

    sur le principe , je suis d’accord qu’on ne peut mettre tout sur le dos de Hollande et de A. Hidalgo, mais le fait est que nous avons le champion du monde des présidents qui se font saucer à chaque sortie. Et ça , ça ne fait peut être pas monter le niveau de la seine 🙂

  35. surugue 11 juillet 2016 à 03:27 #

    Tant qu’il n’y aura pas assez de mort, le gouvernement ne bougera pas.

  36. xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx 15 juillet 2016 à 07:15 #

    les dirigeants de la le France !!!!!!!!!! tous nuls

  37. Papyrus 20 juillet 2016 à 15:49 #

    Et le citoyen de la le France, il n’est pas nul ,lui?

  38. Oncdonald 6 août 2016 à 16:52 #

    Après tout Paris sous la flotte quelle importance ? Les mairies socialistes en ont chassé ceux qui travaillaient pour laisser la place aux riches bobos qui rêvassent.
    Hidalgo si elle vit encore se retrouvera capitaine de pédalo comme son copain Rain Man.
    Et en choeur, ils pourront comme Escartefigue dire aux sans dents ce que la marine Française pense d’eux…

  39. robert arnaud 18 août 2016 à 14:38 #

    que d’eau , que d’eau !

  40. Anonyme 21 août 2016 à 20:21 #

    Avec l’équipe de bras cassés au PS, Paris peut commencer à évacuer pour éviter la prochaine crue qui sera là plus tôt qu’on ne le pense ! A la cadence où vont les catastrophes naturelles, je pense que Paris sera bientôt rayée de la carte !

  41. maya 26 août 2016 à 16:20 #

    hé , SVP , y’a pas eu que les Parisiens qui ont morflés !!! je suis dans les Yvelines et on a pris 80 cm d’eau dans la maison !!! une épreuve extrêmement difficile à supporter , on en est toujours pas remis ! et on est loin d’être tiré d’affaire … sans compter la peur que cela recommence !!! alors oui , SVP , bougez-vous la haut !!!! viiiite !!! merci

  42. d.d.d gres 29 août 2016 à 20:48 #

    la préoccupation des j.o à Paris en 2024 intéresse d’avantage nos gouvernants car beaucoup plus de « fric » à ramasser que d’investir de l’argent pour neutraliser les prochaines crues de la Seine

  43. marc 19 septembre 2016 à 10:20 #

    Les inondations ne sont la faute du PS mais de la nature, de temps en temps réfléchir,n’est pas mortel! Depuis la crue de 1658 il y en a eu des gouvernements en France………….

  44. Boutier 20 septembre 2016 à 15:17 #

    Le jour où lé zouave. aura le cul dans l eau Buvez du Ricard et vous ferez baisser le volume de la seine par cinq ( Ç est mathématique)et si vous en buvez 2 vous mettez la Seine à sec Allez buvez tous au trou de la secu?

  45. Anonyme 21 septembre 2016 à 14:02 #

    J’imagine le cout astronomique d’un canal de fuite qui irait de St Maurice à Poissy en passant par le sud : il y a des collines au sud de Paris qui sont à 180 m d’altitude alors que la Seine est à 30 m d’altitude à St Maurice. Si le terrain avait été plat, cela aurait déjà été fait depuis longtemps. Il vaudrait mieux passer par le Nord.

  46. nc 22 septembre 2016 à 19:10 #

    Bonjour,
    l’eau est un bien précieux qu’il faut apprendre à gérer. Faire un canal de fuite engendrerait un gaspillage phénoménal d’une eau qui pourrait être nécessaire lors des périodes sèches. En Champagne, du coté de Troyes, on a volontairement laisser déborder la Seine pour protéger Paris. Messieux les parisiens, ne pensez pas qu’à vous, les autres régions de France ont parfois un besoin crucial d’eau. Alors, faisons de vrais projets pour conserver cette eau douce afin de pouvoir l’utiliser à d’autres moments. Commençons déjà par éviter de construire n’importe où en transformant des zones perméables en véritables couvercles bétonnés. Au lieu d’envoyer les eaux de pluie dans les canalisations se déversant dans les rivières (et donc la Seine), incitons les gens et la collectivité à restituer les eaux pluviales directement dans les sols tel que cela se produisait avant les constructions urbaines. Arrétons de croire que l’homme peut dominer la nature et réagissons en adoptant des projets compatibles avec la nature. Les villes de France sont de plus en plus inondées (Montpellier par exemple) parce que les sols ne peuvent plus jouer leur rôle d’absorbeur. Il faut donc permettre à nouveau au sol de jouer le rôle de stabilisateur hydraulique, en quelque sorte que le sol puisse redevenir une éponge. Je n’ai pas de solutions miracle, mais si l’on désire agir pour du long terme, respectons les fonctionnements naturels, au besoin aidons les, au lieu de les combattre et de provoquer un gaspillage que les générations futures nous repprocherons avec raison.

  47. marie claude 11 octobre 2016 à 11:50 #

    depuis toujours… rien ne semble être fait … c’est normal :
    droite, gauche, droite, gauche, droite…. les français sont des moutons et comme ceux de Panurge ils finiront noyés ! il faudra bien un jour faire appel à (la) Marine pour donner la priorité à ce qui en a vraiment …. le culturel c’est bien mais la culture c’est plus réaliste… bienvenue dans la vraie vie sur la terre ferme !

  48. LEGENDRE 17 novembre 2016 à 22:49 #

    Ce canal est trop petit, il faudrait l’allonger vers le HAVRE ou autre port, nous avons bien construit un pipline du HAVRE à PARIS…..

  49. Papyrus 27 novembre 2016 à 10:27 #

    Marie Claude, votre croyance que marine Le Pen serait plus à même de prévenir une crue de la Seine à Paris est pathétique. Comment peut-on se laisser autointoxiquer à ce point? Vous êtes une belle illustration d’un électorat en complète divagation.

  50. Godefroid de Couillons 27 novembre 2016 à 11:33 #

    @Papyrus :
    En effet, l’électorat est en complète divagation et cela confine même au surréalisme avec la soudaine émergence du phénomène FILLON.
    Je laisse chacun libre, en fonction de ses croyances, de sa philosophie et de sa sensibilité de penser ce qu’il veut de l’importante question de l’avortement.
    Cependant, il est ahurissant de constater que François FILLON est parvenu à se faire passer pour un des tenants les plus réactionnaires de la morale catho traditionnelle, notamment en matière d’avortement quand on réalise qu’il y a à peine 2 ans, le 26 novembre 2014, il fut, à l’Assemblée nationale l’un des 27 députés UMP fondamentalistes de l’avortement (sur 197 députés UMP) à avoir voté avec la gauche une proposition de résolution visant à réaffirmer le droit fondamental à l’IVG en France et en Europe.
    Comme disait le fabuliste Jean de La Fontaine dans la chauve souris et les deux belettes :
    « Je suis oiseau voyez mes ailes…
    « Je suis souris, vive les rats…

  51. CASTIERA 3 décembre 2016 à 22:05 #

    VOUS AVEZ VU LE FTTRACE PROPOSE PAR NOS ENARQUES
    bonjour les expropriations et reconstruire les immeubles et les infrastructures
    il serait plus intelligent de replanter toutes les forets qu on a demoli

  52. CASTIERA 3 décembre 2016 à 22:21 #

    1 million d arbres a 1,000E piece + les expropriations yen a pour 5 tranches de 20 milliards
    autre question
    les usines les commerces les entrepots les habitations on les met ou ?

  53. Jean-Yves ANANELIVOUA 18 décembre 2016 à 09:44 #

    Nos dirigeants n’ont pas retenu la leçon…

Laisser un commentaire

Powered by WordPress. Designed by WooThemes