La vérole Trotskiste prend le pouvoir en France

Depuis cinquante ans, les trotskistes ont eu des hauts et des bas en France, leur action étant souvent minée par leurs incessantes batailles fratricides. Cet éparpillement n’a néanmoins pas empêché les trotskistes de prendre un contrôle de plus en plus important sur la société française grâce à leur stratégie de l’entrisme. Les trotskistes savent bien qu’ils sont trop peu nombreux pour agir seuls et frontalement. Leur stratégie consiste ainsi à infiltrer tous les organes de pouvoir pour y diffuser leurs idées : médias, partis politiques et bien sûr syndicats.

Leur noyautage est efficace mais suffisamment discret pour ne pas générer de contre réaction brutale. Les trotskistes sont à la société ce que le cloud est à l’informatique : ils sont omniprésents mais invisibles.

Bien sûr la poignée de trotskistes qui peuple les partis de l’ultra gauche apparaît au grand jour. Mais la mise sur la place publique de leur politique quasi insurrectionnelle, anticapitaliste, anti-entreprise, anti-ordre, ne leur permet d’atteindre qu’un ou deux pourcents de la population. Lorsque les trotskistes exposent leurs idées au grand jour, personne n’en veut. Il s’agit donc de distiller le poison par petite dose et de laisser à d’autres le soin de l’administrer.

La principale filière d’infiltration des trotskistes dans la société est constituée par les organisations syndicales.

L’éducation nationale, avec ses syndicats d’enseignants et d’étudiants (FSU, UNSA, UNEF), est la voie royale de l’entrisme. L’éducation nationale a en effet progressivement évolué du communisme vers le trotskisme. Les ministres successifs sont évidemment sous la coupe des syndicats et de leurs dirigeants trotskistes. Nos enseignants votent à plus de 45% pour les syndicats révolutionnaires et leur enseignement est ainsi imprégné de la doctrine trotskiste et de la contestation systématique à la fois au niveau de l’état et au niveau des entreprises. La symbiose est totale entre les enseignants et les syndicats dès qu’il s’agit de manifester contre la moindre tentative de réforme qui pourrait améliorer la situation économique du pays en favorisant les entreprises. La bataille contre la loi El Khomri est le dernier exemple en date. Mais il ne s’agit pas uniquement de manifester de temps à autre. Il s’agit aussi et surtout de distiller, jour après jour, le catéchisme trotskiste aux élèves en leur inculquant que les employeurs sont tous des exploiteurs et que le capitalisme conduit à l’avilissement de l’homme.

Grâce à Mitterrand, les leaders trotskistes des syndicats de l’éducation sont entrés au parti socialiste. Beaucoup occupent aujourd’hui des postes de direction. Ils se sont évidemment embourgeoisés et cherchent à profiter de leur statut. Mais trotskiste un jour, trotskiste toujours et ceux qui s’embourgeoisent vers le haut font la courte échelle à ceux qui arrivent par le bas. Le système se régénère ainsi et le flot de nouveaux entrants de la FSU ou de l’UNEF vers le parti socialiste ne se tarit pas. Les nouveaux sont toujours les plus radicalisés et ce sont eux qui empêchent le parti de réformer le pays en prenant des mesures favorables aux entreprises.

Le leader actuel de l’UNEF, William Martinet est le dernier avatar de cette engeance. Tout d’abord, ce n’est pas un étudiant mais un agitateur qui profite du système : il lui a fallu 10 ans pour ne pas obtenir un Master 1, diplôme qu’un élève moyen décroche en 4 ans. Evidemment, en passant ses Nuits Debout, il doit dormir la journée. Mais rassurons-nous pour lui, il ne sera pas au chômage car il a déjà son bureau rue de Solferino. Il a toutes les qualités requises pour intégrer la direction du PS : agitateur professionnel, totalement incompétent et n’ayant jamais travaillé. Cambadélis a du souci à se faire.

La CGT était à l’origine de culture marxiste et elle a toujours eu des liens forts avec le parti communiste. Elle est néanmoins aujourd’hui tombée aux mains de plusieurs factions trotskistes antagonistes qui se battent pour prendre le pouvoir. Cette lutte interne n’empêche pas les trotskistes d’être très efficaces pour bloquer toute velléité de réforme de cette centrale syndicale qui reste le parangon du conservatisme le plus pur. Pour que les trotskistes conservent leur pouvoir il faut que l’économie aille mal, que le chômage monte et que les ouvriers et employés détestent leur patron.

FO a toujours été depuis son origine dans les mains des trotskistes. Du temps de la guerre froide FO était soutenu dans l’ombre par la CIA afin de lutter contre l’influence communiste et donc contre l’Union Soviétique. Mais depuis la chute du mur, cette sainte alliance a disparu et FO est devenu un syndicat peut-être encore plus conservateur que la CGT et défendant surtout les intérêts catégoriels de la fonction publique.

Ne parlons pas de SUD, qui est un syndicat quasiment insurrectionnel organisé selon des méthodes militaires.

Le problème prend sa racine dans le caractère exclusif de la représentativité syndicale en entreprise. Les syndicats nationaux n’ont environ que 4% d’adhérents parmi les salariés du privé mais, comme ils ont le monopole de représentation lors du premier tour des élections, ils totalisent quasiment 100% des délégués du personnel et des membres du comité d’entreprise. Il n’y a pas de possibilité de vote utile au 2ème tour et les employés sont ainsi contraints de voter pour des syndicats qui ne les représentent pas, qui sont en fait désignés par la loi, et qui bien souvent agissent contre les intérêts de l’entreprise. Les salariés votent ainsi contre eux-mêmes.

Le même phénomène existe dans les partis politiques. Les adhérents ne constituent que quelques centaines de milliers de personnes alors que les électeurs sont des dizaines de millions. Et bien sûr nos amis trotskistes ont vérolé les adhérents parmi lesquels ils sont surreprésentés. Ces adhérents peuvent ensuite devenir des élus emmenant avec eux leur panoplie du parfait petit trotskiste.

Trotski disait qu’on pouvait contrôler la Russie avec 20 000 membres du Parti, fanatisés et sans scrupules. Il a laissé cette doctrine en héritage à Staline.

On peut estimer le nombre de trotskistes en France entre 15 et 20 000 et, si on en croit la doctrine du maître, ce nombre est suffisant pour contrôler le pays. Car ces trotskistes sont intelligents, éduqués et souvent diplômés des meilleures écoles. Ils viennent plus de la bourgeoisie que des classes laborieuses et ils sont sans scrupules et violents car doctrinaires et sans aucun sens du compromis. Les idées qu’ils défendent passent avant tout et justifient tous les moyens. Leur pouvoir est d’autant plus grand que beaucoup de citoyens français veulent surtout profiter de la vie et ne cherchent pas à défendre le bien commun et à entrer en lutte contre les trotskistes.

Il faut espérer que notre prochain gouvernement aura le courage de s’attaquer frontalement aux trotskistes en commençant par leurs bastions, les syndicats. La première étape doit être de rompre le monopole syndical du premier tour des élections en entreprises. Ceci affaiblirait fortement les syndicats.

Il faut aussi espérer que le parti socialiste aura le courage d’éliminer les extrémistes trotskistes qui le rongent avant qu’ils ne prennent le pouvoir. Aujourd’hui Hollande, Valls et Macron sont leurs prisonniers et aucune réforme du pays n’est possible.

CLUB DANTON

Déjà 14 commentaires, laissez un commentaire

14 réponses à La vérole Trotskiste prend le pouvoir en France

  1. Godefroid de Couillons 12 avril 2016 à 10:06 #

    @Club Danton :
    Votre combat contre les syndicats et les Trotskistes a autant d’intérêt que le combat de Don Quichotte contre le Moulins à vent.
    Hollande, Valls, Macron, Juppé, Sarkozy, Lemaire, Cohn-Bendit, Michel Field et bien d’autres, voila un échantillon des pires ennemis de notre pays, les agents de la toute puissance de la haute finance mondialisée, de la dépravation des moeurs, de la déesse Libre concurrence absolue, de l’ultra-libéralisme débridé etc…!
    Hollande est le gouvernant le plus nuisible que la France ait connu depuis Isabeau de Bavière.

  2. Contestator 13 avril 2016 à 00:57 #

    Cet article reflète bien la réalité, MALHEUREUSEMENT, Pour comprendre (un peu) pourquoi on baigne dans le jus de merde, il faut faire l’historique : la dernière guerre, où on avait appris en classe que nous avions gagné, ce qui est faux puisque l’envahisseur a vécu 4 ans sur notre dos, est la conséquence de celle de 14-18 qui est elle même la conséquence de celle de 70 ! J’en viens aux faits et à l’actualité : A la libération, le Général (un français honnête et convaincu) ne pouvait pas avoir un semblant de paix intérieure SANS intégrer les cocos, et oui. Il n’en voulait pas évidemment, quand on les connaît . . . . mais ils représentaient tout ce qu’ils représentent en ce moment même mais en plus fort, disons en pire, de nuisances pour le pays, la patrie et l’état, car ils devaient je crois représenter 30 à 40 % du peuple. C’est dire l’importance de la crasse.
    A partir de là, on comprend mieux les racines du mal avec toutes ses déclinaisons, gauchos tous crins, verdos, trotskistes et compagnie, syndicats, . . . ..
    De Gaulle a donc été « obligé » pour qu’ils ne continuent pas la guerre, mais civile cette fois de lâcher du lest : et ça s’est fait en leur accordant LA JUSTICE, vous comprenez déjà pourquoi a fleuri le Mur des Cons qui n’est que la partie vue de l’iceberg, ET de surcroît L’ENSEIGNEMENT et là je ne vous fait pas un dessin : ça leur permet de pourrir dès l’adolescence nos enfants. Un remake de cohn bendit, bien connu depuis Mai 68, multiplié par la connerie de la masse et le vice des rouges-roses,verts et autres fouteurs de merde.
    Conclusion pour moi : c’est pas gagné et tant qu’on aura des guignols et pas de Français honnêtes et ayant le sens de l’état, . . . . . . . nothing, nada.

  3. Patapon 30 15 avril 2016 à 16:17 #

    @ Contestator

    Le Général Didier TAUZIN, à lire et à écouter……….

  4. Godefroid de Couillons 15 avril 2016 à 20:29 #

    @Pataponn :
    Le Général Tauzin, c’est bien,
    Debout La France, c’est mieux,
    Debout la France + le Général Tauzin+ d’autres encore, ce serait encore mieux.

  5. Contestator 16 avril 2016 à 00:54 #

    @Patapon 30 (Salut la Classe – mes respects du matin) et @ Godefrod de Couillons.
    D’accord avec vous en ce qui concerne le Général TAUZIN. La soi disant démocratie a fait ses preuves, tout au moins en France, de son incapacité à régler tous les problèmes. Nous sommes confinés dans trop d’incohérences, injustices, inertie, paralysés par trop de fonctionnaires, règlements de plus en plus idiots comme autant de freins, de moins en moins chez nous avec tous les nouveaux bougnouls et surtout on a la sensations d’être vendus par nos politiques pour des cacahuètes en plus.
    Il nous faut un homme fort qui fasse table rase de notre système actuel, qui prenne les choses VERITABLEMENT en mains, clouer au pilori tous les profiteurs, politiques et syndicalistes en tête, valoriser le travail effectif, et repositionner la France à sa place !
    En temps de guerre, un Général intègre de moralité irréprochable qui prend les bonnes décisions !
    Quand je pense qu’on est obligé de supporter dans nos organes dits d’informations ou plutôt de désinformation à 95 % hyper gauchisants de voir des mômes de 15 ans manifester (au nom de la liberté) des futures conditions de travail . . . . . et d’apprendre que hier soir l’autre râclure alias moi-président a fait je crois une demie heure de nombrilisme (à ce moment là, je m’excuses, j’étais occupé, je mangeais des nouilles) je me dis que plus rien mais vraiment rien ne va plus dans le royaume de Dieu. La fille ainée de l’Eglise se sclérose.
    Mais jusqu’où va-t-on glisser ? ? ?

  6. arabal 16 avril 2016 à 20:26 #

    Ce qui est le plus extraordinaire dans tout ça c’est que PERSONNE NE BOUGE……………………..

  7. Godefroid de Couillons 17 avril 2016 à 09:49 #

    J’avoue que je suis plus préoccupé par la vérole UMPS que par la vérole Trotskiste

  8. Contestator 17 avril 2016 à 11:26 #

    Je crois qu’on ne peut pas « choisir » lequel est le plus préoccupant du trotskisme de l’UMPS. C’est comme la peste ou la malaria. Dans les deux cas, ça laisse des cicatrices après avoir détruit les valeurs morales. S’il y a une différence, je la vois dans leur méthodologie : les éléments trotskistes ne s’affichent pas en tant que tel, et restent relativement discrets, et bien que moins nombreux numériquement que les affiliés officiels de l’UMPS, ils agissent comme un cancer ou le sida en distillant de manière pernicieuse leur travail de sape.
    Leurs meilleurs vecteurs de cette idéologie de destruction sont les pseudos intellectuels de gauche, ils servent de phare et d’organe directeur à la masse de cons (les plus nombreux);
    Ne pas oublier, qu’un imbécile ou un idiot, quand il vote compte pour une voix, tout comme un prix Nobel de la paix. C’est de la démocratie ! !

  9. Patapon 30 18 avril 2016 à 11:47 #

    Salut et fraternité à la Classe, et les autres…
    On peux tergiverser et malmener nos méninges pour analyser et essayer de trouver une solution à la situation actuelle,pour moi c’est peine perdu, le mal est fait et il est irréversible…
    Une solution s’impose, on décroche et on se regroupe derrière le Générale Didier TAUZIN, un homme , qui »SERT  » la FRANCE, et non qui se  » SERT  » , un homme qui a des valeurs,et non un pantin, comme tous c’est vendus , collabos et incapables de tous poils..!!!
    Il impératif à ce jour de retrouver nos valeurs, notre culture, »l’Amour  » et le « Respect  » de notre drapeau, ceci est plus qu’urgent….!!!
    A visionner sur YouTube, beaucoup seront surpris, et pourront reprendre espoir…..

  10. Jean-Jacques 20 avril 2016 à 21:21 #

    L’auteur de ce texte doit être, à mon avis, Docteur en Histoire !
    Ah le clube Danton, ça cartonne droite dure !

  11. Godefroid de Couillons 21 avril 2016 à 03:25 #

    J’avoue qu’Hollande, Valls et Macron auxquels j’adjoindrai Juppé Sarkozy et Lemaire m’inquiètent plus que 20.000 Trotskistes

  12. Luc 16 mai 2016 à 00:28 #

    Club Danton (cul): Quand la déficience intellectuelle tente de faire de la politique…?

  13. M. GODE Michel 16 mai 2016 à 00:55 #

    @Luc :
    Proutant, avec un prénom comme le vôtre, on serait fondé à penser qu’il serait bon de ne pas trop se risquer à certains jeux de mots d’un goût plutôt douteux.

  14. Bernounou 16 juin 2016 à 02:49 #

    suis anti syndicale mais je suis avec Poutine je vais demander la nationalité RUSSE Car la Russie ne finance plus les syndicaux, française depuis 1987 . pauvre nigaud

Laisser un commentaire

Powered by WordPress. Designed by WooThemes