Alors Taubira, quand vas-tu bouger tes fesses pour dénoncer les esclavagistes modernes ?

Nous avons lu le « beau » livre que Taubira a écrit à sa fille sur l’esclavage et qui révèle tout le bien que Taubira pense des esclavagistes français. Pour elle tous les blancs ont été complices et tous leurs descendants, jusqu’à notre génération, devraient se sentir coupables, faire repentance et payer des dommages. Evidemment le fait que la Guadeloupe et la Martinique soient d’ores et déjà massivement subventionnées et ne vivent que de l’argent public de la métropole ne suffit pas.

Les faits chronologiques sont bien connus. L’esclavage a été supprimé en France en 1315 par Louis X et a été transformé en servage. Les serfs comme les esclaves étaient des biens meubles, vendus avec les terres sur lesquelles ils travaillaient. L’esclavage noir transatlantique est réapparu en 1550. Le servage a été aboli en 1779 par Louis XVI alors que l’esclavage dans les colonies a été définitivement aboli (pour la troisième fois) en 1848.

Nous l’avions déjà écrit mais Taubira a une mémoire bien sélective car l’esclavage, qui subsiste encore aujourd’hui dans certains états (dont la France), a longtemps été une pratique courante et en aucun cas l’apanage des blancs. La traite par les « blancs » a été largement documentée mais il y a d’autres faits beaucoup moins connus.

L’esclavage a longtemps été très répandu en Afrique où des noirs étaient vendus comme esclaves à d’autres noirs. La traite interafricaine a ainsi été subie par plus de 13 millions de noirs. C’est un chiffre supérieur à celui de la traite des noirs organisée par les Européens. Bien avant que les Européens n’arrivent, les royaumes africains pratiquaient l’esclavage entre eux. Cela faisait partie des us et coutumes en vigueur en Afrique. Bien souvent le sort des esclaves en Afrique était bien pire que le sort des esclaves emmenés hors d’Afrique. En Amérique du Nord par exemple, les esclaves, bien qu’ayant un sort misérable, avaient des droits et ils pouvaient créer une famille et se développer.

Par ailleurs, le summum de la barbarie a été atteint dans la traite orientale des noirs vers les pays du Moyen Orient : les hommes esclaves étaient castrés et les enfants de femmes esclaves tués afin de supprimer toute descendance. Si les ancêtres de Taubira avaient été pris comme esclaves de la traite orientale, elle ne serait pas là pour en parler ni pour expliquer l’esclavage à sa fille ! Les faits sont horribles. Les hommes étaient castrés dans des conditions barbares et un sur trois en mourrait. Imaginons ce que sont la castration d’une dizaine de millions d’individus et l’assassinat d’un nombre comparable d’enfants ! Et pour recruter les esclaves, il fallait tuer près de quatre personnes pour chaque esclave. Au total, cette traite orientale a concerné plus de 17 millions d’esclaves.

Enfin, le nombre de chrétiens réduits à l’esclavage par des musulmans ou des pirates est estimé à 1,2 millions. Rappelons que l’esclavage par les pirates barbaresques d’Afrique du Nord sur les populations côtières européennes n’a cessé qu’en 1830 avec la prise d’Alger par les français.

Tout cela est bien connu mais plutôt que de ressasser le passé pourquoi Taubira ne combat-elle pas l’esclavage et le servage modernes qui sévissent en France alors qu’elle est en première ligne en tant que Garde des Sceaux ?

En effet, personne n’ignore qu’une partie de la population féminine musulmane française est traitée dans des conditions que l’on peut qualifier d’esclavage.

Les bonnes âmes nous expliquent bien sûr que la femme est traitée avec considération et est protégée dans le Coran mais la réalité est toute autre. La multiplicité des Sourates et des Hadiths permet en effet de faire dire au Coran tout et son inverse. Et c’est précisément cet « inverse » qui s’applique à une bonne partie de la population musulmane féminine à travers le monde et dans les banlieues françaises. Pour les intégristes, la femme doit être pendant toute sa vie sous la tutelle d’un homme, père, frère ou mari, et elle n’a aucun droit direct. Ses seuls droits émanent de son « protecteur » masculin.

Un fait peu connu du grand public est que la charia diffère grandement d’un pays à l’autre. Qui plus est, la même charia peut être interprétée différemment dans les constitutions des pays musulmans. Prenons comme exemple le Maroc et l’Arabie Saoudite qui ont la même charia.

En Arabie Saoudite la constitution stipule la ségrégation totale des sexes. La femme doit être toute sa vie sous la tutelle d’un homme et doit obtenir son autorisation pour faire des études, se soigner, voyager et bien sûr se marier. La polygamie jusqu’à quatre femmes est autorisée et enfin un homme peut avoir un nombre non contrôlé d’esclaves, ce dont les familles riches ne se privent pas.

A l’inverse, la Maroc a une interprétation beaucoup plus tolérante de la Charia. Le code civil de 1957, refondu en 2004, définit un régime presque occidental du mariage : l’âge minimum pour se marier est de 18 ans, les époux ont des droits égaux, la femme peut introduire une clause interdisant la polygamie dans son contrat de mariage, la répudiation d’une femme ne peut se faire que sous contrôle judiciaire, les biens sont également répartis entre époux.

L’Algérie et la Tunisie ont des dispositions similaires. Mais ces constitutions égalitaires sont de plus en plus contestées par les extrémistes islamiques, notamment en Tunisie. En France, les extrémistes salafistes, particulièrement bien implantés, prêchent également une version traditionnelle et proche des saoudiens des règles à appliquer aux femmes.

Il y a ainsi en France des dizaines de milliers de femmes et jeunes filles musulmanes plongées dans les temps reculés de l’esclavage et du servage. Leur vie n’a qu’un seul but, fixé par la tradition musulmane et hors des lois de la République : satisfaire sexuellement leur époux, faire des enfants, s’occuper des tâches ménagères. Elles doivent de plus accepter d’être battues et soumises au bon vouloir du mâle dominant. Certaines sont « vendues » par leurs familles à leur mari, qui estime ainsi pouvoir en disposer selon son bon vouloir.

N’est-ce pas là la définition de l’esclavage que Taubira donne dans son bouquin ? N’est-ce pas même la définition d’un crime contre l’humanité : « ce ne sont ni le nombre des victimes, ni l’intensité de leurs souffrances qui caractérisent le crime contre l’humanité mais la négation de la part de l’homme éternel qui est en chacun ».

Le fait d’être Garde des Sceaux et de ne prendre aucune mesure pour protéger ces femmes musulmanes françaises fait de Taubira une complice de ces esclavagistes modernes.

On n’a pas vu non plus Taubira monter à la tribune de l’ONU pour dénoncer certains pays, du Moyen Orient notamment, où des groupuscules fanatisés s’adonnent encore à la traite et à l’utilisation d’esclaves. La castration des hommes et la mise à mort des enfants d’esclaves existent encore aujourd’hui dans des pays où Moi Président va fanfaronner pour vendre des armes.

Ecrire des livres pour culpabiliser tous les français blancs censés être des descendants de soi-disant esclavagistes est stupide et stérile. Cette généralisation est d’autant plus ridicule que des études récentes ont montré que seuls quelques riches particuliers ont profité de l’esclavage. La très vaste majorité de la population n’en a tiré aucun avantage. Quant à l’Etat, il en a fait les frais puisqu’il faisait tuer de pauvres bougres de soldats pour protéger les possessions des quelques riches esclavagistes, dont certains étaient du reste noirs.

Ce qui choque le plus chez Taubira c’est le caractère déplacé de son combat, alors qu’elle aurait le devoir de condamner l’esclavage moderne qui est non seulement bien réel mais également d’une ampleur incomparable à l’esclavage du passé. Alors qu’environ 12 500 esclaves ont été transférés d’Afrique en Guyane au 18ème siècle, le nombre d’esclaves dans le monde aujourd’hui est estimé à plus de 20 millions.

Taubira ferait mieux de balayer devant sa porte et de bouger ses fesses pour combattre l’esclavage moderne, dans le Golfe et ailleurs dans le monde, mais avant tout en France. Taubira a exigé de devenir Garde des Sceaux et a ainsi une responsabilité morale et un devoir absolu de protéger les esclaves modernes en France. En ne faisant rien et en acceptant cette situation intolérable, Taubira est complice.

Mais l’égoïsme forcené de Taubira et sa haine du blanc qui transpire de ses paroles ne lui permettent pas d’agir dans un but humanitaire. Son racisme anti-blanc prime sur tout et nous devons le supporter.

Taubira ferait mieux d’agir ici et maintenant plutôt que de donner des leçons douteuses sur le passé.

 

CLUB DANTON

Déjà 28 commentaires, laissez un commentaire

28 réponses à Alors Taubira, quand vas-tu bouger tes fesses pour dénoncer les esclavagistes modernes ?

  1. phoque çà pète 20 juillet 2015 à 11:26 #

    Voici des vérités qu’on ne rappellera jamais assez. On pourrait y ajouter quelques précisions « techniques », mais les personnes sensibles risqueraient de se trouver mal…

  2. michaut 20 juillet 2015 à 21:32 #

    Bof!
    il faut oser dire la vérité !
    ce sont les grosnez qui se sont vendus entre eux.

    Je sais même pas si elle consciente de sa situation…

  3. mloup 20 juillet 2015 à 22:06 #

    Elle est au courant de tout cela bien sûr, mais, en bonne gauchiste tellement mal dans sa peau, elle ment effrontément afin d’influencer ceux qui ne seraient pas instruits, les bonnets d’âne et surtout, pour son plus grand plaisir, mettre le blanc hors de lui alors qu’il ne peut rien faire contre elle tant qu’elle reste à la place où « moiprésident » l’a mise.
    Il est certain, qu’en haut lieu, nous avons une vilaine « association de malfaiteurs » qui devront rendre des comptes un jour.

  4. Brieg 20 juillet 2015 à 23:28 #

    Elle n’a jamais été aussi virulente à l’encontre de la France lorsqu’elle était en Guyane française
    Critiquée la France
    Elle la fait avec véhémence et acharnement
    Faut pas l’oublier !!!

  5. Annie Delcourt 21 juillet 2015 à 00:39 #

    On a l’impression que Taubira déteste les Français, qu’elle ne reconnait pas la France comme sont pays et qu’elle n’est là que pour nuire aux « vilains petits blancs » que nous sommes. Que l’esclavagisme soit infâme, oh oui, mais qu’on me tienne responsable de ce qu’à fait mon arrière – arrière – arrière grand père, non !

  6. c'est moi babar 21 juillet 2015 à 08:21 #

    Bonjour,
    Je suis surpris une foi de plus que l’on ne parle que de l' »esclavage des noires et aucun mot mes alors rien sur l’esclavage des blancs, ces vrais cela doit deranger des gens comme taubira qui est une leedeure en matière de rascisme, car « semble t’il » cette dernière et bien loin d’être une sainte ces vrais là vous allez me dir: comme tout les présidents et gouvernement depuis prés de quarante ans, et vous aurez raison les FRANCAIS ne savent pas voter et comme cela ne semble pas les gêner ils continuent et bien bravos

  7. phoque çà pète 21 juillet 2015 à 09:57 #

    Ils votent ce que la radio et la télévision leur dit de voter par un lavage de cerveaux intensifs. Par exemple, ces derniers temps ils entendaient 100 fois par jour, sans la moindre explication, « La pire des choses, c’est sortir de l’Euro… » Ils finissent par le réciter par coeur

  8. xy 21 juillet 2015 à 10:05 #

    n’oubliez pas les populations exterminés par le fait « des ramassages d’esclaves et d’enfants » en Europe centrale par les turcs durant 150 ans. Ces enfants ont été d’office « élevés » plus exactement fanatisés suivant les rites musulmans et enrôlés dans le corps militaire des janissaires. Ils étaient la chair à canon de l’armée musulmane
    Des nations, des civilisations entières avec leurs langue sont disparus. Les historiens estiment à plus de 4.5 millions le nombre « d’exportés » et vendus sur les marchés d’esclaves d’afrique.

  9. Vincotte 21 juillet 2015 à 11:17 #

    Etre l’esclave. Etre soumis à une contrainte dont on ne peut se défaire, physique ou intellectuelle. Le lavage de cerveau par les médias est une contrainte. A cet égard l’article est fort bien écrit et couvre l’essentiel. Il traite le sujet de manière exhaustive. Vive l’histoire! En déplaise à notre Ministre de l’Education (désinformation) Nationale.
    La Grèce est un sujet qui n’est pas traité ainsi. Sinon on évoquerait ce livre d’Edmond About écrit en 1858 « histoire contemporaine de la Grèce » qui détaille mot pour mot ce qui est lu en ce moment dans la presse. Rien de nouveau sous le soleil.

  10. arabal 21 juillet 2015 à 13:38 #

    Le casse du siècle a eu lieu … à Athènes !

    Voici la chronique d’Eric Brunet paru cette semaine dans Valeurs actuelles.

    Elle vous propose une vision quelque peu décalée de l’actualité grecque …

    > > > Décalée de la complaisance de la plupart des médias français, de l’extrême gauche et de l’aile gauche du PS qui se rend même en délégation à Athènes pour soutenir Tsipras et faire la promotion du NON au référendum !

    Chapeau bas, amis grecs, vous avez réalisé le casse du siècle !
    > > > Au palmarès des rois du hold-up, vous supplantez Albert Spaggiari et ses 50 millions de francs dérobés à la Société générale de Nice en 1976.
    > > > Vous surpassez même Ronnie Biggs et sa légendaire attaque du train postal Glasgow-Londres en 1963….

    Avec ces centaines de milliards d’euros dérobés aux contribuables européens, les aristocrates du braquage, c’est vous!
    > > > Et le plus fort, c’est que vous avez, entre autres, braqué des plus pauvres que vous! Magistral …
    > > > Pour financer votre train de vie, vous avez fait payer les ouvriers lettons (360 euros de smic), slovaques (357), polonais (410), portugais (590), hongrois (333), tchèques (332) …
    > > > Des pays où le smic est parfois inférieur de moitié au smic grec (684 euros)!
    > > > Pour camoufler votre forfait, vous pouviez compter sur le zèle de la presse française, ravie de scénariser la souffrance du peuple grec.
    > > > Une presse plus discrète sur le patrimoine des Grecs (101 900 euros en moyenne par habitant) : deux fois plus élevé que celui d’un Allemand (51 400 euros).
    En 2012, parce que l’État grec souffrait d’obésité chronique, l’Union avait imposé une diminution du nombre de fonctionnaires.
    > > > Apparemment dociles, les socialistes au pouvoir transmettaient mois après mois les chiffres de réduction des effectifs …
    > > > Mais à la fin de l’année, on découvrit qu’Athènes avait en réalité … embauché 70 000 nouveaux fonctionnaires !
    Sans compter que jusqu’à 2013, le salaire moyen grec a augmenté deux fois plus vite que dans le reste de la zone euro.
    Amis grecs, dès 2010, vous auriez pu choisir la voie du sérieux budgétaire, comme le Portugal.
    > > > Cette année-là, la Lettonie, au plus bas, n’a pas hésité à diminuer d’un tiers sa dépense publique, entrant ainsi dans une violente récession.
    > > > Dès l’année suivante, le petit pays balte affichait une insolente croissance (+ 5 %).
    > > > Et le Portugal, après trois années douloureuses, récolte maintenant les fruits de sa politique de sévérité budgétaire.
    Pendant ce temps, les politiques français abondent l’éternel discours victimaire. On entend chaque jour leurs pitreries consensuelles:
    « Les Grecs sont victimes des banques et de la finance », « les Grecs sont victimes du FMI, de la Commission européenne, des marchés » … Archifaux.
    Les électeurs grecs sont les seuls responsables de cette déroute. En 2011, lorsque le premier ministre conservateur Karamanlis a dénoncé la situation économique du pays, ils ont tourné le dos à la rigueur, préférant voter pour le socialiste Papandréou qui promettait une augmentation des salaires des fonctionnaires! Pis: cette année, alors qu’enfin la Grèce s’apprêtait à renouer avec la croissance, le peuple a balayé le courageux gouvernement d’Antonis Samaras, préférant le militant d’extrême gauche Tsipras, qui promettait un treizième mois pour les retraités …
    Eric Brunet
    Un constat très sévère mais malheureusement très réaliste des causes de la crise grecque !

  11. phoque çà pète 21 juillet 2015 à 17:23 #

    @arabal :
    Ce que je vois dans tout çà, c’est qu’il ne faut pas attendre d’être, comme les grecs, à la dernière extrémité pour quitter le raffiot pourri qu’est l’Europe de Merdestricte et son Euro, conçus dans l’intérêt exclusif des rentiers allemands, d’autant que nous sommes en bon rang (en espérant que les italiens les espagnols et les portugais soient encore un peu plus mal placés que nous) pour passer à la casserole.
    N’attendons pas d’être à l’entrée de la chambre à gaz pour fuir du camp de concentration!

  12. arabal 21 juillet 2015 à 20:16 #

    @phoque çà pète

    Beaucoup de gens pensent la ,même chose ,même les Politiques en place mais  » l’assiette au beurre  » est si bien garnie qu’il est difficile de s’en passer !!!

  13. clarté 22 juillet 2015 à 16:47 #

    mensonges et trahisons sont les 2 mamelles du P S mme taubira est soutenue par ses patrons hollande et vals
    le drame c que les merdias du système nous abreuvent tt la journée de contre vérités ce qui a pour effet de ns donner une nausée permanente
    la fausse droite est en tête des sondages pour 2017 une fois de plus on ns demandera de choisir entre la peste et le choléra
    alors RESISTANCE contre collabos du système ce n est pas un combat sans risques mais d une manière ou d une autre il faut s y engager
    comme autrefois l avenir de ceux qui ns suivent est engagé

  14. phoque çà pète 23 juillet 2015 à 21:17 #

    @arabal : à propos de Brunet, j’aimerais que cette petite gueule de la pensée unique qui se fait des c…… en or à déblatérer ses conneries nous dise un peu s’il aimerait gagner, comme les bien heureux smicards grecs 684 Euros par mois. Quant aux Lettons, Portugais et autres, ils ont voulu l’Europe de Meerdestricte, ils l’ont!! (En ce qui concerne au moins les Lettons, je crois même me souvenir qu’on leur a demandé leur avis…)

  15. phoque çà pète 24 juillet 2015 à 21:02 #

    @clarté : En définitive, le clivage essentiel actuel est celui qui sépare les collabos des souverainistes. Le clivage gauche-droite n’est plus qu’un clivage secondaire.

  16. agentorange 25 juillet 2015 à 01:14 #

    Je ne comprend certes pas qu’on nous rebatte les oreilles avec l’esclavage qui est terminé depuis plusieurs générations (d’aucuns diraient que le colonisation s’assimilait à l’esclavage mais passons… )

    Mais votre article est édifiant . Sans céder à le repentance , force est de reconnaitre que la traite des noirs était immonde.

    Comparer d’autres asservissements pour le minimiser c’est refuser de se regarder en face au travers de notre histoire . C’est aussi refuser d’admettre que notre richesse d’aujourd’hui est la descendante de l’esclavage d’hier (production de richesse à cout 0 ).

    Vous me faites penser à ces fachos qui pour éviter de parler des 50 millions de morts des nazis parlent des morts du communisme …

    C’est minable en fait .

  17. phoque çà pète 25 juillet 2015 à 09:20 #

    @agent orange :
    Il y a aussi ceux qui pour éviter de parler des 50 millions de morts des gentils allemands évoquent les 50 millions de morts des méchants nazis.
    Décidément ils restent bien pratiques ces nazis.,

  18. agentorange 27 juillet 2015 à 02:28 #

    @phoque : les gentils allemands ? pas compris

  19. arabal 3 août 2015 à 18:08 #

    Pourquoi n’a -t-on jamais poursuive le Régime communistes pour crime contre l’humanité ?
    pratiquement 2 fois plus de morts qu’avec les Nazis en 70 ans de dictature.
    Pourquoi (simple question) voudrait-on interdire le FN en France et pas le Parti communiste ?

  20. agentorange 3 août 2015 à 22:10 #

    les khmers rouges ont été poursuivis quand même mais c’est vrai que c’est le seul cas à ma connaissance . Le reste s’est fait par purge interne . Et puis les régimes ont encore plus ou moins en place …

    Le FN est malsain . Il a hébergé pendant longtemps les nostalgiques du 3e reich (anciens Waffen SS etc …) et continue à abriter en son sein des nazis .
    Après dans les faits , c’est un peu les mêmes au PC et au FN . Il y a de nombreux anciens de l’extreme gauche au FN d’ailleurs …

    Le culte du chef , la loi et l’ordre , tout ça …

  21. arabal 4 août 2015 à 10:43 #

     » Le culte du chef , la loi et l’ordre , tout ça … » c’est vrai de l’autre coté : c’est le culte du bordel ,du désordre ,de la liberté qui ne sert à rien….etc…
    Il ni a que regarder les Pays qui avaient une dictature et qui s’en sont libéré …ils finissent dans une misère ,un désordre etc…

  22. agentorange 4 août 2015 à 20:50 #

    Mouais ben tu vois la liberté d’écire que je ne suis pas d’accord avec toi, elle me plait bien ….
    Plutôt libre et désorganisé que le bras levé…

  23. arabal 5 août 2015 à 20:50 #

    Le bras levé le Droit ou le Gauche c’est toujours le ras levé (sic) ……………..

  24. agentorange 6 août 2015 à 00:42 #

    Reflexion faite , bras levé , droit ou gauche peu importe tant que le poing est fermé 🙂

  25. arabal 18 août 2015 à 13:28 #

    et le médius souple !!!!

  26. jeanmi 2 septembre 2015 à 11:46 #

    Taubira au centre d’une affaire de travail au noir…ca me semble logique.

  27. Anonyme 20 octobre 2015 à 10:48 #

    a nantes on a fait les anneaux de la memoire eh bien mm mes amis ultra marine disaient que les chiffres etaient pipes et qu ils ne se plaignaient surtout pas d etre francais tout est strictement exact ds l article que vous avez ecrit il faudrait l enseigner a l ecole

  28. Anonyme 20 octobre 2015 à 11:24 #

    les grecs ont modernise leur ports avec les subventions europeennes puis les ont vendus aux coreens et ont touches les mm pour arracher leurs oliviers multiplies par 10 qu ils ont aussitot replante etc et celles pour ameliorer leur structure touristique il y a du fric bien place il ont la premiere place en freeboatship places ds tout les paradis fiscaux

Laisser un commentaire

Powered by WordPress. Designed by WooThemes