Doute climatique


 

Episode 2 : Vive le CO2

 

Nous avons vu dans le premier épisode de notre série sur le doute climatique que la terre ne se réchauffe plus depuis plus de 15 ans et qu’elle va probablement entrer dans une phase de refroidissement. Nous verrons dans cet  épisode que le CO2 est un parfait innocent et que son influence sur le climat de la terre est secondaire.

Il faut commencer par rappeler que l’essentiel de l’effet de serre est lié non au CO2 mais à la vapeur d’eau. La vapeur d’eau est émise en quantité comparable au CO2 lors de la combustion de carburants ou de gaz naturel. Pourquoi aucun engagement sur la vapeur d’eau n’a-t-il été pris à Kyoto ? Parce que la fraction anthropique est très faible et qu’il est difficile de faire peur aux foules avec de l’eau ! Depuis l’époque des dinosaures, le volume des précipitations a représenté 20 000 fois le volume actuel des océans. La terre est habituée à gérer ces formidables masses de gaz à effet de serre, à côté desquelles nos rejets de CO2 sont ridicules.

Selon le GIEC lui-même, un doublement du taux de CO2 augmenterait la température terrestre de 1°C seulement. Le reste du réchauffement de 6,4°C dans le scénario le plus catastrophique, – et le plus médiatique -,  du rapport AR4 du GIEC résulte d’un hypothétique effet amplificateur de la vapeur d’eau et des nuages. Cet effet amplificateur n’a aucun fondement scientifique et n’est qu’une pure spéculation.

En fait l’effet de serre du CO2 seul est déjà presque saturé. La molécule de CO2 n’a en effet que deux fréquences d’absorption du rayonnement thermique de la terre et c’est ainsi une vraie passoire. A ces deux fréquences et au niveau de la mer, il suffit d’une couche d’air d’une dizaine de mètres pour occulter le rayonnement terrestre. Comment dans ces conditions le CO2 peut-il contribuer significativement à l’effet de serre ? Cette observation fondamentale a été communiquée au GIEC par François GERVAIS, physicien et spécialiste de thermodynamique et de spectroscopie infrarouge, mais ses observations n’ont pas même été reprises dans les 2218 pages du rapport dernier rapport AR5 du GIEC.

Un autre sujet concerne la fraction de CO2 d’origine anthropique. L’observatoire de Mauna Loa mesure le rapport entre l’isotope 12 et l’isotope 13 du carbone. Selon son origine, – naturelle ou résultant de l’activité humaine – le carbone présente une empreinte isotopique bien caractéristique. On arrive ainsi à conclure que le taux de CO2 d’origine anthropique est de 5%. Ainsi, sur un taux actuel dans l’atmosphère terrestre de 390 ppm, seuls 5% sont d’origine humaine, soit 20 ppm. Le reste est indépendant de l’activité humaine. Quant à l’accroissement annuel, il est en moyenne de l’ordre de 2 ppm. Mais après échange avec la biosphère, l’accroissement d’origine anthropique est 5 fois plus faible et tombe à 0,4ppm.

Notons enfin que la terre a connu des périodes où la concentration de CO2 dans l’atmosphère était bien supérieure à sa valeur actuelle. Ainsi, durant l’ordovicien, la concentration en CO2 était 10 000 fois ce qu’elle est aujourd’hui.

En 1929, la baisse de l’activité a fait réduire le taux de CO2 de 30%. Pourtant la température de la terre a continué à croître. Tout ceci nous amène à nous interroger sur le lien entre taux de CO2 et température moyenne de la terre.

La température moyenne de la terre est mesurée par satellite, méthode de loin la plus fiable. Le taux de CO2 quant à lui est mesuré en parallèle. Son accroissement annuel depuis 1979 fluctue de 0,49 à 2,9 ppm. En fait, taux de CO2 et température sont bien corrélés, mais pas comme le prétend le GIEC : l’évolution du taux de CO2 suit parfaitement celui de la température avec un décalage de 6 mois. Ces données expérimentales sont aussi cohérentes avec l’analyse des carottes de Vostok : le taux de CO2 dans l’atmosphère suit l’évolution de la température et non l’inverse, depuis 600 000 ans. Deux exemples récents sont souvent repris dans les médias :

–        1998 (année chaude) : l’accroissement de CO2 est maximal à 2,9 ppm,

–        1992 (année froide) : l’accroissement de CO2 est minimal, 7 fois plus faible.

 

Pourtant l’homme émet plus de CO2 quand il fait froid et ses émissions ne varient nullement d’un rapport 7. L’explication vient des océans. Le CO2 est très soluble dans l’eau. Une litre d’eau contient 180 fois plus de CO2 qu’un litre d’air. La solubilité baisse très vite quand la température augmente. Les océans contiennent 60 fois la quantité de CO2 de l’atmosphère et ils sont très loin d’être saturés. Le pH moyen des océans est de 8. Les eaux chaudes sont plus basiques que les froides (8,2 contre 7,7) car elles captent moins de CO2. Par ailleurs, une partie des émissions est transformée en oxygène par photosynthèse. Ainsi durant les années froides, la planète absorbe la grande majorité des émissions anthropiques. Mais d’où viennent les variations annuelles de température ? L’origine des extrema récents de température est bien connue :

–        1991 : éruption du volcan Pinatubo, entraînant une chute de température de 0,4°,

–        1998 : El Nino engendre une élévation de la température. A contrario, La Nina a rafraichi les océans en 2000, 2008 et 2011.

 

Nous venons de le voir, le CO2 n’a pas grand-chose à voir avec la température de la terre. Par contre le CO2 a une influence bénéfique sur de nombreuses cultures végétales. On le sait depuis longtemps, – et la culture par serres l’a abondamment prouvé -, le CO2 favorise la croissance de la végétation. Il est aussi indispensable que l’oxygène et que l’eau. Selon l’IRRI (International Rice Research Institute), l’augmentation du taux de CO2 dans l’atmosphère entre 1960 et 2000 a fait croître la productivité des cultures de riz de 1 – 2 tonnes par hectare à 2,6 – 6,4 tonnes par hectare. De plus, en passant d’une teneur en CO2 de 300 ppm à 700 ppm, on peut augmenter la productivité de la culture du riz de 44 %, celle du soja de 34 %, celle du blé de 47 %, celle des carottes de 77%, celle des oranges de 211 %, celle des ananas de 268 % et celle du café de 271 %. En fait, la croissance optimale des plantes se situe en moyenne à 35° C et à 1935 ppm de CO2. Comme l’a fait observer François Gervais dans son excellent ouvrage « l’Innocence du carbone » Albin-Michel, il y a une parfaite corrélation entre accroissement de l’espérance de vie et taux de CO2 !

Enfin, pour finir de dé-diaboliser le CO2, notons qu’il est à l’origine de nombreuses innovations énergétiques pouvant permettre à terme de synthétiser des hydrocarbures :

–        Le CO2 est un composant essentiel de la photosynthèse industrielle permettant de produire des hydrocarbures à partir d’algues,

–        Le CO2 peut se combiner à l’hydrogène fourni par électrolyse de l’eau et générer des hydrocarbures, soit en une étape (acide formique et méthane), soit en deux étapes (méthanol puis hydrocarbure),

–        Le CO2 peut se combiner à l’eau par électrolyse à haute température et générer du Syngaz puis des hydrocarbures ou des alcools,

–        Le CO2 peut également se combiner à l’eau à faible température avec des catalyseurs adéquats,

–        Enfin, certaines bactéries transforment directement le CO2 en méthane.

Le CO2 a été utilisé à tort comme bouc émissaire car il permet de culpabiliser. Dans l’imagerie populaire, il est confondu avec le monoxyde de carbone qui est lui toxique. Cette confusion est savamment entretenue par les Inquisiteurs climatiques. Souvenez-vous des paroles du climatologue Stephen Schneider : « Nous devons présenter des schémas effroyables, proférer des affirmations simplistes et catastrophiques sans prêter attention aux doutes que nous pourrions avoir. Chacun d’entre nous doit choisir entre l’efficacité et l’honnêteté ». Ainsi fonctionne le GIEC !

DANTON

Déjà 35 commentaires, laissez un commentaire

35 réponses à Doute climatique

  1. Josef Saligne 4 mars 2014 à 08:08 #

    Le CO2 est surtout une unité de mesure. La référence de la capacité d’effet de serre. Et on établi le pouvoir d’effet de serre des autres gaz par comparaison au CO2.
    Effectivement, ses effets son bénins comparés aux effets du méthane ou des oxydes d’azote NyOx, oxydes largement émis par l’activité humaine au demeurant, ainsi bien sur que les composés halogénés (comportant du fluor, du chlore, etc…). Le wiki anglais Greenhouse gas est très explicite.

    Votre paragraphe sur la photosynthèse… A part enfoncer des portes ouvertes, qu’apportez vous ? Tout le monde sait que les plantes ont besoin de CO2 pour fonctionner (uniquement le jour cependant).
    Une simple observation du globe permettra de se rendre compte que les forêts tropicales se sont développées dans des zones très chaudes et humides, avec peu de variation d’ensoleillement…
    Cela étant dit, émettre plus de CO2 alors qu’on diminue la surface forestière va fatalement provoquer un accroissement des quantités de CO2.

    Concernant l’utilisation industrielle du CO2, que dire ? Oui les algues utilisent du CO2, ce sont des plantes aquatiques, ni plus ni moins, c’est donc normal, mais je doute que les rendements soient formidables. Réduire le CO2 à haute température, c’est très bien, mais très énergivore, donc sans avenir.
    Réduire le CO2 en CO, HCO2H ou CH3OH, oui, c’est un pole très compétitif de la recherche. Néanmoins, à l’heure actuelle, les catalyseurs réellement efficace utilisent du Ruthénium et du Rhodium : 280€ les 5 G de Ru et 390€ le gramme de Rhodium, je n’évoquerais pas l’osmium, ou l’iridium ce serait indécent. Le manganèse cependant est prometteur (S. Chardon, Angewandte Chemie Int. Ed. 2012 et 2013 si je ne m’abuse) mais on est encore très loin des utilisations industrielle.
    Quand à l’électrolyse de l’eau, pour le moment, on utilise du platine. Pas vraiment économe. Nocera a déposé un brevet de feuille artificielle (Science 2011, voir sa start up SunCatalytix) mais il ne s’agit de produire que H2 et O2 pour les piles à combustible, et le problème de la récupération et stockage sous pression des gaz est loin d’être résolu.

    Enfin, le CO est, contrairement à ce qu’on pourrait penser, très bon à très faible dose, et il va prévenir le stress oxydant. (mais à très faible dose bien sur ! 🙂

    Pour revenir sur votre thème du réchauffement climatique, le problème est que vous vous concentrez sur des événements anecdotiques : une baisse sur une année de l’activité humaine (1929) n’est qu’un événement anecdotique : la Terre et son système atmosphérique a une inertie considérable, et un changement doit être sur la durée pour l’impacter. De même que tout événement critique n’aura des effets qu’après une certaine latence.

    El Nino et la Nina ne rentre pas dans ces cas de figures puisqu’il s’agit d’une modification non pas de l’air, mais des courants marins.
    Et par rapport à votre premier chapitre, Phil Jones, que vous citiez, a mis a disposition ses travaux en lignes, et tout un chacun pourra constater qu’il y a effectivement un flux et reflux cyclique des températures, mais que néanmoins, sur les derniers 200 ans, la température augmente de manière plus forte et atteint des valeurs plus élevées que lors des précédents cycles. On serait tenté de relier ça à l’activité humaine. Mais au final, est-ce toujours une question pertinente ? La question n’est-elle pas aujourd’hui de simplement être plus efficace et plus sobre énergétiquement sachant que la population s’accroit et que les ressources terrestres sont par définition limitées ?

  2. R.B alias Oskar Lafontaine 5 mars 2014 à 08:34 #

    Le CO², à très faible concentration est même un léger excitant intellectuel, il stimule le cerveau, c’est d’ailleurs ce qui explique que les fumeurs travaillent mieux, au plan intellectuel, en fumant, ce qui augmente le taux de CO² qui pénètre dans leurs poumons. Ce n’est pas pour ça qu’on va encourager l’usage de la cigarette !
    La stagnation, depuis une quinzaine d’années, de l’augmentation moyenne des températures terrestres est expliquée depuis plusieurs mois par l’augmentation de température, effectivement mesurée, des eaux océaniques profondes. Par l’emploi des satellites, un bilan radiatif de la Terre est en effet établi en permanence, entre la chaleur reçue du Soleil, et celle renvoyée vers l’espace par rayonnement. C’est ce qui a autorisé l’affirmation, fondée, selon laquelle la Terre ne se réchauffait plus depuis quinze ans, ou beaucoup moins, car l’augmentation n’a pas cessé.
    L’augmentation de température des eaux océaniques profondes entraîne automatiquement une dilatation de l’eau et donc une accélération de leur montée moyenne, effectivement aussi mesurée. La chaleur effectivement stockée finira bien par remonter, comment et quand, les spécialistes s’interrogent mais n’en sont qu’aux hypothèses.

  3. dupont 6 mars 2014 à 19:18 #

    que d’esprits brillants ici, juste s’opposant à des travaux collectifs dont le sérieux est avéré, le GIEC…

  4. Oskar Lafontaine 6 mars 2014 à 19:49 #

    Contrairement à ce que Dupont écrit ce jour, 6 mars 2014, je ne m’oppose nullement aux travaux du GIEC. Et je précise que c’est Danton qui fait erreur, confondant deux choses différentes, soit le bilan radiatif, dont apparemment il n’a jamais entendu parler, et la température terrestre moyenne.
    J’ai simplement redonné ici l’explication actuelle et qui apparaît argumentée de la presque stagnation des températures moyennes enregistrées depuis quinze ans sur la surface terrestre. Je me répète pour Dupont qui n’a rien compris, et certainement aussi Danton. Le bilan radiatif de la Terre, résultat de mesures satellitaires, est toujours en augmentation, ce qui signifie que la Terre reçoit toujours globalement plus de chaleur du Soleil, qu’elle n’en réémet vers l’espace, résultat du blocage des infra-rouges par la vapeur d’eau d’abord, en augmentation avec la température, par le CO² ensuite, le méthane en troisième et une foultitude d’autres gaz moins connus du grand public enfin. Le mystère de la non augmentation de la moyenne des températures terrestres, qui logiquement devrait suivre le solde en augmentation du bilan radiatif de la Terre, depuis une quinzaine d’années semble résolu et résulterait du réchauffement des eaux océaniques profondes, réchauffement effectivement mesuré, et pas de la stagnation ou de la diminution des gaz à effet de serre. La première conséquence visible et mesurable c’est l’a montée plus rapide du niveau des mers.

  5. colibri 6 mars 2014 à 20:23 #

    Il n’est pas utile de briller , juste de savoir lire :

    L’histoire récente de la désertification du Sahara vient d’être reconstituée grâce à des sédiments déposés au fond d’un lac tchadien. Le processus s’est étalé sur plusieurs milliers d’années.

    Plus vaste que l’Australie avec ses 8 millions de kilomètres carrés, le Sahara n’a pas toujours été le plus grand désert chaud de la planète.
    Il y a 15 000 ans, il a connu une période verdoyante provoquée par une brève phase de réchauffement qui avait accentué les phénomènes d’évaporation au-dessus de l’océan et poussé les moussons jusqu’au cœur du continent nord-africain.
    Les paysages arides actuels étaient alors couverts de lacs, d’étangs et de végétation. Il y avait des éléphants, des hippopotames, des crocodiles, des hommes aussi, comme l’attestent les peintures rupestres.
    Si les climatologues s’accordent sur le fait que cette période humide épisodique a pris fin il y a un peu moins de 6 000 ans, en revanche, le processus de désertification qui a suivi reste très mal connu.

    Une étude conduite par l’équipe de Stefan Kröpelin, de l’université de Cologne (Allemagne), dans le nord du Tchad apporte pour la première fois de nouvelles données d’une précision exceptionnelle sur cette évolution (Science, 9 mai 2008).
    Elle révèle que la destruction du couvert végétal a été très progressive et s’est étalée sur plusieurs milliers d’années avant de faire place aux paysages actuels, façonnés par l’érosion. Contrairement à ce que laissait penser l’analyse récente de deux carottes sédimentaires marines prélevées au large des Canaries, les changements n’ont donc pas eu lieu de manière brutale, en quelques siècles.
    L’information a son importance dans le contexte actuel. Non seulement parce que ce scénario peut être très instructif pour l’avenir, mais aussi parce que plusieurs climatologues ont déjà intégré le scénario d’une désertification accélérée du Sahara dans leurs modèles, comme le déplore Stefan Kröpelin, qui y voit une dérive de la science d’aujourd’hui…..

    Et à cette époque aucune Mobylette pour polluer !!!!!
    La Terre évolue selon ses propres cycles et l’homme dans tout cela subit comme un vers de terre qu’il est ….

    Le GIEC dans tout cela =

    Le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec) a adopté vendredi un rapport désignant encore plus clairement l’homme comme le principal responsable du réchauffement climatique….sic !!!

    Cette étude,  » censée éclairer … » les gouvernements du monde entier sur les causes et les risques du réchauffement, avertit que les effets des émissions de gaz à effet de serre (GES) se feront sentir pendant des siècles…
    Et il faudra vite créer des Taxes Mondiales pour ramasser du blé à la santé des Gogos !!!

    Enfin, les spécialistes prédisent que le ralentissement du réchauffement climatique constaté depuis le début du XXIe siècle ne durera pas….mais une petite TAXE CARBONE serait la bienvenue pour enrichir les « ..cochons.. » !!

  6. toine 11 mars 2014 à 12:00 #

    Je voie la pollution chaque jour de ma fenêtre depuis 2003 ( a cette époque elle était passagère ) se matin on voyais a peine les montages , les petit enfants remplisse les cabinet de kiné , vas ton continuer comme cela longtemps ?
    je suis en Hte Savoie valée de l’arve et oui venez juger vous même de se qui se passent !!!
    regarder les photos de maison a vendre au loin on voie cette fumée de pollution ..

  7. colibri 11 mars 2014 à 19:12 #

    Quand les Mines, les Hauts Fourneaux :Métallurgie Sidérurgie fonctionnaient en France c’était pas de la Pollution ?
    Les Villes industrielles vivaient comment ?
    de nos jours le discours est seulement établi pour TAXER….

    Exemple :
    —Dans les Grandes Surfaces on revoit apparaitre les sachets en plastiques…ils ne polluent plus depuis qu’ils sont payants!!!!
    —faites le geste écologique : demander à votre opérateur.. la… e-facture ,dans le même temps il vous noiera de publicité sur papier glacé qui coute 10 fois plus de bois donc + de déforestation et imprimez votre facture vous même….comme cela vous aurez contribué à vider du personnel dans la société en question mais au point de vue écologique peau de balle !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    –Le diesel c’est une horreur et bien diminuez sérieusement le prix de l’essence et plus personne n’achètera de Diesel ….en fait il vaut mieux inverser le discours et prévoir de TAXER lourdement le gas-oil …
    — attention pic de pollution ralentissez..roulez plus lentement en troisième voir seconde c’est là que l’on pollue le plus.
    –comment ramasser plus de contraventions exemple : à Paris et bien mettre le Périphérique à 70/heure au lieu de 90 pour moins polluer ..quelle foutage de gueule..aux heures de point tout le monde roule au pas et la pollution est au maximum….
    PRENDRE CONSCIENCE QU’IL NE FAUT PAS TRANSFORMER NOTRE PLANÈTE EN POUBELLE..TOUT LE MONDE L’A ASSIMILE ..
    .Mais les KHMERS VERTS s’en servent et sous des prétextes fallacieux avec un arrière gout de mauvaise conscience..ils nous font payer de quoi les entretenir à ne rien glander comme tout bon Politique !!!

  8. Oskar Lafontaine 12 mars 2014 à 00:54 #

    Pour la pollution aux particules je signale comme ça en passant que les nouveaux moteurs à essence, trois cylindres et turbo compressés, qui consomment moins d’essence,..rejettent jusqu’à 10 fois plus de particules qu’un moteur diesel équipé d’un filtre à particules. Eh oui !
    En raison du prix les constructeurs ne veulent pas y mettre de filtre.
    Donc rouler à l’essence c’est d’abord rejeter davantage de CO² qu’un diesel de même puissance.
    Verser davantage de taxes
    Obliger à extraire davantage de pétrole
    Enfin le diesel vendu en France, mystérieusement, ne permet pas de faire, avec le même véhicule autant de kilomètres que si on fait le plein en Angleterre ou en Allemagne. Donc le même véhicule, mais roulant au gazoil français ou du moins acheté en France pollue davantage, et bien entendu personne ne sait pourquoi… Mais peut-être qu’il est interdit d’écrire publiquement pourquoi, parce que certains doivent avoir une petite idée sur la question….

  9. Anonyme 12 mars 2014 à 08:56 #

    les écolos il y en a assez de ces gens qui sont venus au gouvernement pour taxer et se servir dans la gamelle .
    Que le climat change rien de surprenant avec les siècles qui passent .Les Dinosaures ont disparus et la planète n’était pas pollué .

  10. Phoque çà pète 13 mars 2014 à 13:06 #

    Tout a fait d’accord sur l’évidente innocence du CO2 et la culpabilité de la vapeur d’eau

  11. le tohic 15 mars 2014 à 12:51 #

    Le co2 des hommes prehistoriques neanderthal inclus au moins100 000 est directement responsables du recul des glaciers de la derniere ere glaciaire!!!!!
    je ne vois pas d autre cause!!!!!!!
    ouaf ouaf ouaf ouaf ouaf mdr et Respect a ALLEGRE

  12. Anonyme 15 mars 2014 à 18:10 #

    l’homme est apparu sur terre il y a environ 4 à 5000 ans,
    évidemment à cette époque la polution il s’en ……

    le climat à changé régulièrement ,mais sans doute avec des variations ,comme aujourd’hui probablement et en 5000 ans seulement si on peut dire,là on raisonne sur quelques décennies alors…

    1323 – hiver froid, la Méditerranée gèle au bord des côtes !

    le raisonnement du GIEC est sans doute vrai en grande partie…

  13. Anonyme 15 mars 2014 à 18:42 #

    Parlez nous des chemtrails , ces épandages de métaux lourds, nano particules et autres poisons épandus sur la planète depuis des décennies cela soit disant pour lutter contre le réchauffement climatique…

  14. colibri 15 mars 2014 à 21:20 #

    Je ne vois pas pourquoi on tourne autour du pot !!

    Tout le monde a bien compris ce qui se passait:
    Un nouveau Gang s’est installé sur le ,dos de la collectivité  » les Khmers Verts  »
    Leur tactique : installer la terreur, climat de fin du monde ,que va-t-on laisser aux générations futures ?
    et là avalanche de connerie sans nom,étayer par des Films ..Al Gore avec preuve à l’appui de ce que nous constatons..réchauffement climatique OK ….le responsable y en a ps on a simplement alternance de période chaudes et de périodes froides…

    Comment les Khmers Verts se sont installés ?

    Simplement en proposant au Gouvernement de n’importe quelle obédience de TAXER le mouton et là personne ne résiste à l’idée de ramasser du blé…

  15. JE 16 mars 2014 à 00:53 #

    colibri tu porte bien ton nom ,tu raisonne comme ta petite cervelle te le permet , sort un peu de ta grotte et tu diras moins de conneries si on te laisse le sort de la planete on est pas dans la merde et si on parcoure tous les sites on s’aperçoit que la connerie a encore de beaux jours devant elle vous etes navrant messieurs « les je sais tout » mais continuez vous nous faites marrer on sent la haute philosophie ……………….

  16. R.B alias Oskar Lafontaine 16 mars 2014 à 01:13 #

    Si 20 à 30 % des américains ignore que la Terre est ronde et tourne autour du Soleil, ignorance phénoménale, celui qui, ici, sur ce forum, se surnomme anonyme lui, et bien il n’attribue à l’homme sur Terre qu’une petite apparition récente, pas plus de 4000 à 5000 ans, et pourtant il n’a certainement pas lu la Bible, (6000 ans) ni autre chose d’ailleurs !!!! Incroyable ignorance.
    Apprenons lui alors, au risque de le surprendre, que les premiers hominidés sur Terre, ont plus de 3 millions d’années et l’homme moderne, homo sapiens, bien plus de 40.000 ans, sans doute plus de 100.000 ans, ce qui effectivement, n’est rien, ou pas grand chose, à l’échelle géologique.

  17. colibri 16 mars 2014 à 09:36 #

    @ JE

    Petit cerveau sans doute ,mais excellentes connexions. Si Monsieur JE savait lire ( c’est à dire avec compréhension des mots) ce dont je doute….il saurait qu’on peut le classer dans ce nouveau type d’analphabète ..lecture des mots bout à bout sans comprendre le sens…
    Bref !!si Mr JE avait compris mes propos,il saurait que nous ne devons pas transformer notre Planète en poubelle (ce que j’ai écrit ailleurs ) mais que les cycles réchauffement glaciation se font sans NOTRE ACCORD sur cette bonne vieille Terre ….et qu’une bande de Gougnafiers (peut-être en fait-il part )se sert de l’ignorance pour faire du fric et vivre sur le dos du contribuable…exemple les VERTS !!!
    Qui ressemble étrangement à des pastèques Vert dehors et Rouge dedans…

  18. Oskar Lafontaine 16 mars 2014 à 13:03 #

    Sur la pollution de l’air à Paris, la candidate Anne Hidalgo, par ailleurs fort respectable et tout à fait honorable, vient de se fendre d’une déclarations totalement erronée selon laquelle les problèmes de l’air à Paris seraient causés par la diésellisation du parc automobile. C’EST TOTALEMENT FAUX ET ARCHI FAUX. Le problème vient du carburant diesel, modifié secrètement et illégalementpar les autorités depuis une douzaine d’années, et qui entraîne une consommation plus élevée qui part intégralement en particules. Mais il ne faut pas le dire.

  19. Pierre 16 mars 2014 à 19:25 #

    L’effet de serre et la voiture… encore un attrape-gogos.
    Le méthane est au moins 10 fois plus « effet-de-serre-ogène » que le CO2. Il faudrait taxer les plus gros producteurs : les éléphants, sans compter les vaches indiennes, les zébus malgaches, les moutons australiens et néo-zélandais. Sans compter nos normandes, montbéliardes, blondes aquitaines, limousines et autres charolaises. Et le pétomane, bien sûr ! 😀

  20. je 16 mars 2014 à 21:38 #

    he l’oiseau mouche ( a merde ) ou colibri je ne cherche pas a te comprendre puisque tu es illisible et creux de surcroit je te laisse a ton intelligence et a tes fautes ( dortograf) bye le piaf !!!!!! je perds du temps avec toi

  21. Josef Saligne 16 mars 2014 à 23:04 #

    @Colibri:
    Les cas en plastiques qui réapparaissent sont fait à en polymères biodégradables, obtenus à partir de résidus végétaux, ou via addition d’agents de dégradation du polytéthylène. Donc oui, ils ne « polluent » plus, en un sens.

  22. colibri 19 mars 2014 à 11:24 #

    à Paris la lutte contre la pollution, avec les numéros pairs et impairs,a bien fonctionné…5000 procès en une seule journée…vous voyez ils s’occupent sérieusement de nos poumons !!!

  23. Phoque çà pète 21 mars 2014 à 11:44 #

    @Josef Saligne
    « Les cas en plastique », c’est clair, tu devrais d’urgence consulter l’orthophoniste…

  24. Professeur Oumoubat 21 mars 2014 à 13:35 #

    « Doute climatique « ?
    il ni a pas de Doute Climatique,que des périodes qui échappent à tout entendement du petit être humain que nous sommes !!

  25. MAYONOVE Michel 21 mars 2014 à 18:16 #

    Je fais entièrement confiance à Hollande et il réussira.
    Contrairement à ce que les médiats veulent nous le faire croire.
    Quant aux sondages, qu’ils nous disent qui les ont fait faire, bizarre souvent le figaro qui est réputé de droite et qui manipule les informations à des fins partisanes.
    Pourquoi les journalistes démobilisent les électeurs en annonçant à tout va qu’il y aura beaucoup d’abstention ? Que l’on ne croit plus en la politique ! Que des marchands de mauvaise augure qui sapent le moral des français !
    Liberté de la presse ou mais informer et non pas critiquer en permanence. Au fait des chômeurs il n’y en avait pas au septennat dernier ? C’est la gauche qui les a crées ?

  26. Gogol 1° 21 mars 2014 à 21:02 #

    VIVE MAYONOVE Michel ,VIVE les 12% de gens qui croit encore aux socialisme de Hollande !!
    Sur ces 12% vous enlevez les 10% de personnes atteintes d’Alzheimer il ne reste que 2%

    dont MAYONONE Michel !!
    Bravo c’est du courage MR Mayonove. On pourra dire on en a connu un !!!

  27. Professeur Oumoubat 24 mars 2014 à 10:30 #

    Moi aussi je fais confiance à Hollande..il fait ougoulou-goulou dans sa case comme les autres Présidents !!

  28. Anonyme 24 mars 2014 à 11:35 #

    au septennat ? actualise toi hollancouille fait un quinquennat, comme avant lui sarko et chirac pour son 2ème mandat

  29. je 27 mars 2014 à 19:47 #

    gogol un tu portes bien ton pseudo pauvre tache on va te faire un gogolthon rien que pour toi vive HOLLANDE TU VOIS je suis le deuxieme satisfait et puis merde ………………..PAUVRE FRANCE PAYS DES GIROUETTES !!!!!!

  30. Oskar Lafontaine 29 mars 2014 à 21:31 #

    Le sujet sur ce fil c’est le « doute climatique », ce n’est pas Hollande et la politique franco-française.
    Il se trouve que le GIEC, soit le truc international, rassemblement de chercheurs, qui parfois trouvent quelque chose, et qui s’occupe de collecter des informations sur l’évolution, présumée inquiétante, de la température terrestre, doit pondre un énième rapport sur le sujet, au cours de la semaine qui vient. Selon des « fuites » ce nouveau rapport serait encore plus inquiétant que les précédents, la température monterait effectivement, les océans aussi et ces deux phénomènes conjugués n’augureraient rien de bon pour l’humanité, sauf que ça va peut-être aider, dans les décennies qui viennent, en réduisant, par des catastrophes multiples et croisées, la population terrestre, à sortir enfin de la crise…. Quant aux hypothèses de DANTON, sur le modèle « tout ça c’est du vent », et « y en (oui c’est un âne) a bon le CO² », elles risquent fort d’être balayées au vent déchaîné des dures réalités. Tout ce vent justement aussi arrachera les câbles des réseaux électriques, et pour continuer à s’éclairer, voir même à aller sur Internet, il vaudra mieux avoir placé, avant, et solidement, des panneaux photovoltaïques sur son toit, reliés à des accumulateurs. L’autonomie, il n’y aura plus que ça de vrai, retour à la campagne, pour cultiver ses légumes et ne pas mourir de faim dans les villes désertées, livrées aux bandes.

  31. Sam 6 avril 2014 à 01:37 #

    N’importe quoi. Voilà l’inconscience de la droite qui trouve des avocats du diable contre la promotion de l’écologie. Deux questions
    1- les perturbations athmosphériques et sur notre santé produites par les industries chinoises, américaines, allemandes bref occidentales ne seraient donc rien et le réchauffement climatique ne serait que leurre des écologistes?
    2- La panacée pour le futur de l’humanité serait donc les centrales nucléaires, mieux encore les surgénérateurs dont vous ne parlez pas… comment voulez-vous en gérer les déchets radioactifs qui durent plus de 6 siècles?
    Répentez-vous car il existe un créateur de toutes ces beautés naturelles que des politiques aveugles et bornées pour un développement sans issus, et sans lendemain prônent à tue-tête et à contrepied.Ce faisant,vous baffouez sans ménagement par des arguments mensongers que vous tentez de développer, la menace réelle que constitue en fait, l’absence de respect de l’environnement et partant des êtres humains, des espèces animales et végétales .

  32. Oskar Lafontaine 7 avril 2014 à 17:01 #

    Le Sam a, simplement, sorti quelques vérités premières.
    L’écologie, jusqu’à tout récemment était de gauche, maintenant elle passe à droite de l’échiquier politique, même si l’immense majorité n’en a pas encore pris conscience. En fait et si l’on observe l’Histoire, en France au moins depuis 120 ans, on constate que les mauvaises idées, le colonialisme par exemple, naissent à gauche sinon même à l’extrême gauche, puis elles passent à droite et elles finissent leur course à l’extrême droite.
    Le nucléarisme débridé est né à gauche, Joliot Curie, fut repris par le gaullisme, puis la droite traditionnelle mais maintenant il n’y a plus guère que l’extrême droite pour y croire encore.
    La consommation généralisée et pour tous est une idée née à gauche, au dix neuvième siècle, contre ces égoïstes de droite qui voulaient se réserver tous les avantages du progrès technologique. Puis la droite l’a récupérée au vingtième siècle et maintenant que la consommation généralisée pour tous tourne au vinaigre avec l’empoisonnement généralisé de la biosphère, c’est l’extrême droite qui la récupère. Encore une fois : LA VERITE EST AILLEURS.

  33. Dimmi 10 avril 2014 à 13:33 #

    Je n’ose plus péter de peur de trouer la couche d’ozone !!

  34. dimi 16 avril 2014 à 17:23 #

    Il y a le CO2 et puis les C.O.N.S !!!

  35. Oskar Lafontaine 24 avril 2014 à 14:01 #

    Que le pouvoir de nuisance par réchauffement du CO² soit exagéré, c’est bien possible, mais le réchauffement est une certitude, même si le CO² ‘n’a pas le degré de culpabilité qu’on lui prête. Et même le réchauffement n’atteint pas les valeurs pronostiquées, à cause du CO² et d’autres gaz à effet de serre, depuis des décennies déjà.
    Ce qui compte en définitive c’est le bilan radiatif de la Terre, c’est-à-dire le solde entre la chaleur que reçoit la Terre du Soleil et celle qu’elle renvoie vers l’espace.
    C’est la différence entre le flux absorbé du flux solaire incident, essentiellement dans la partie visible du spectre et le proche infrarouge, et le flux thermique infrarouge émis vers le haut par la Terre et l’atmosphère. Tout ceci est assez complexe et ne peut se résumer en quelques lignes, même les données astronomiques sont prises en comptes puisque par exemple si la Terre reçoit bien, en moyenne,1368 watts par m², cette valeur en fait, et en raison de l’excentricité de l’orbite terrestre est de 1410 watts m² au périhélie,le 6 janvier et de seulement 1320 watts m² à l’aphélie, le 6 juillet.
    Les études scientifiques sur le bilan radiatif de la Terre, et donc sur la constante solaire, ont débuté en 1837, par le français Charles Abbot, mais ce n’est que depuis 1980 que la mesure de cette constante hors atmosphère a pu être réalisée grâce à des radiomètres embarqués sur des satellites.
    Savoir si la Terre se réchauffe ou non, relève donc de l’étude du bilan radiatif de la Terre et non pas de la simple mesure des températures au sol ou même dans l’atmosphère, car les océans au moins, sinon autre chose encore, ont un rôle de stockage de la chaleur, comme du froid, et donc d’atténuation des températures de la biosphère.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress. Designed by WooThemes