La leçon d’Amiens

A Amiens, la France a connu une nuit insurrectionnelle : une école a été brûlée, les voitures de passage ont été réquisitionnées pour en faire des barricades et la plupart ont été brûlées, et les forces de l’ordre ont été prises à partie par des tirs à la chevrotine.

Qui n’a pas été choqué par les commentaires lénifiants des medias bien-pensants, qui ressemblaient aux résultats d’un match de foot : 7 policiers blessés dont plusieurs grièvement, pas d’interpellation.

Emmanuel Valls a été à juste titre sifflé lorsqu’il est venu aux résultats du tir.

Les policiers ont été toute la nuit au contact des casseurs d’Amiens Nord et ils n’ont fait aucune interpellation! Ceci est obligatoirement volontaire. Quand on est au corps à corps, on peut quand on le souhaite prélever quelques individus pour les déférer à la justice.

Pourquoi n’y a-t-il eu aucune interpellation ? On peut émettre plusieurs hypothèses.

  1. Les policiers ont reçu l’ordre de ne pas faire d’interpellation et de laisser courir les casseurs pour qu’ils puissent recommencer. La peur du moindre incident a été plus forte que le devoir de faire régner l’ordre. Cet ordre a pu être initié localement mais Valls a été prévenu dans les minutes qui ont suivi et il l’aurait ainsi approuvé.

  2. Les policiers ont décidé de leur propre chef de ne pas interpeller les manifestants, sûrs qu’ils étaient que le Tribunal les relâcherait.

  3. Les forces de l’ordre sont totalement nulles et se sont laissé tirer comme des lapins sans réagir (peu probable…).

C’est très probablement Emmanuel Valls qui est responsable des ordres donnés. Comme il l’a dit : « je ne suis pas venu pour passer Amiens Nord au Karcher ». Très belle citation, mais pour quoi est-il venu? Donner une « chiffonnette » à chaque policier ?

Evidemment Valls a Taubira dans le dos, mais est-ce une raison pour laisser ses policiers se faire mitrailler ? La faiblesse n’a jamais été une réponse à des casseurs qui ne respectent rien et qui s’arment de plus en plus. Valls attend-il un mort par balle avant de réagir ?

Des ordres fermes ont été donnés à la police après les émeutes afin de vite trouver des lampistes. Courageusement, les forces de l’ordre ont saisi au collet deux brûleurs de poubelles anémiques et une grande gueule qui incitait au trouble et qui était lui-même plutôt trouble. Les deux premiers ont pris en comparution immédiate quelques mois avec sursis et sont ressortis du tribunal le sourire aux lèvres. Le dernier sera relâché et exonéré plus tard, le temps de trouver un traumatisme dans son enfance expliquant son attitude.

 Braves casseurs, qui êtes bien connus des policiers d’Amiens, dormez tranquilles. La police va vous jouer un air de Valls.

DANTON

Déjà 2 commentaires, laissez un commentaire

2 réponses à La leçon d’Amiens

  1. moi 24 octobre 2012 à 21:11 #

    pff de toutes facon quoi que la police fasse, les socialistes sont toujours la pour dire « ho le pauvre, il n’a jamais eu de chances dans sa vie… » . Et encore… les policiers (chez moi a Marseille) ne sont que des « ripoux » et qui en plus sont moins formés aux sports de combat que nous les enfants des cités crée par eux même . alors svp messieurs, mesdames les polititiens essayez de prendre une personne comme moi, qui sont sortis de la fameuse cité « karcher » et qui réussissent dans leur vie, fondent une famille, travaillent et payent leur impot tant bien que mal comme exemple.

    à non entendeur.
    Christophe.G

  2. moi 24 octobre 2012 à 21:14 #

    ps: mr hollande, vous êtes qu’un pantin avec une grande gueule ayant laissé une lueure de réussite a ceux qui se lèvent tot le matin pour aller travailler.

Laisser un commentaire