« La Vérite, l'âpre Vérité »

Le Ku Klux Klan médiatique

  • 28 février 2012

 

Mitterrand, à partir de 1971, a réussi le mariage de la carpe et du lapin en achetant les trotskistes, à la sortie de leurs études pour la plupart.  Il les a payés en postes, promotions, prébendes, places dans des comités, financements directs ou indirects, déclarés ou occultes, en France comme à l’étranger. Et ces trotskistes ont fait carrière au sein du Parti Socialiste et de ses organisations sœurs. Ils sont aujourd’hui aux commandes après s’être enrichis à peu de frais.

Et ce magasin gauchiste est tortueux et varié, la complexité cachant souvent la réalité. Il comprend en vrac :

–       Une bonne partie du Parti Socialiste et de ce qu’il reste du Parti Radical,

–       Les partis trotskistes (à l’exception de la secte LO qui  a refusé de s’intégrer à la meute)

–       Les partis et groupuscules verts, altermondialistes et tous les soi-disant amis de la terre,

–       La frange militante des enseignants et en particulier les professeurs d’économie gauchisants qui explicitent la fameuse pensée socialiste, les professeurs de philo qui vomissent leur haine du capitalisme, et les professeurs d’histoire chargés de raconter de belles histoires à nos enfants en oubliant celle de la France,

–       Les officines de statistiques chargées de mettre au point les questions et les « échantillons représentatifs » afin d’obtenir les réponses souhaitées (regardez sur notre site pour savoir si Yannick Noah est vraiment la personnalité préférée des français),

–       La masse des permanents des syndicats salariés et d’enseignants, vérolés par les trotskistes et corrompus par l’argent des comités d’entreprises,

–       Les dizaines de milliers d’associations qui pompent le sang de l’Etat, des Régions, des Départements, des Mairies, bref notre sang,

–       Les comités Théodule ad-hoc, chargés de fouiller la société française pour la faire reculer en bon ordre (à quoi sert un Conseil Economique et Social Régional, si ce n’est à payer à ses membres des voyages « d’étude » en classe affaire aux frais de la princesse ?),

–       Les magistrats et en particulier les adhérents du syndicat de la magistrature et un certains nombres d’avocats qui vivent du système et alimentent les médias,

–       Les cabinets d’audit des syndicats, seuls habilités et grassement rétribués aux frais des entreprises,

–       Les banques mutualistes, qui servent de point de chute aux amis énarques et syndiqués,

–       Les mutuelles juteuses et leurs nombreux avantages,

–       Les comités 1% logement,

–       Les perchoirs paritaires (retraite, sécurité sociale, chômage, accident du travail) où les salaires, par le jeu habile des cumuls, n’ont rien à envier à ceux du CAC40.

Il y a également toutes ces grandes sociétés aux mains d’énarques en rupture de ban (ils ne sévissent pas qu’au sein du CAC40, hélas) qui arrosent syndicats (paix sociale), CE (bonnes vacances), publicitaires (des amis) et qui distribuent avantages et promotions en fonction de leur seul intérêt. A tous les étages sévissent népotisme, abus de biens sociaux et détournements de fonds. Et puis bien sûr, ces belles âmes organisent le racket de leurs entreprises pour éviter – ou terminer – les grèves et rémunérer leurs amis syndiqués.

Tout ce magma est in fine payé par les contribuables, c’est-à-dire la franche productive de la population (rappelons que la moitié des français ne paie pas d’impôt sur le revenu). Comme les actionnaires d’une société privée qui touchent des dividendes, ces individus se sentent propriétaires de l’Etat et en droit de percevoir leurs dividendes.

Loin de nous d’accuser l’ensemble des fonctionnaires, qui dans leur grande majorité sont honnêtes et font honneur à la France. Ils subissent, souvent plus que tous, les agissements de cette frange gauchisante qui vérole la fonction publique, notamment territoriale.

Mais, ouvrons les yeux, ce beau monde cherche à s’accaparer le pouvoir, non pour le bien du pays, mais pour profiter de toujours plus d’avantages en spoliant les entreprises qui créent la richesse de la France.

Pour cela, ils ont besoin d’un levier et ce levier c’est le Ku Klux Klan (KKK) médiatique. Il est entre les mains directement ou indirectement des anciens (et toujours) trotskystes qui ont bien mérité du système fonctionnarisé de la France. Leur but ultime – mais il est bien difficile à atteindre dans une France évoluée – est de créer un système de type bolchévique où une minorité écrase la majorité.

Et ce clan se trouve bien dans son fromage. Nombre de journaux de gauche se font financer indirectement par l’Etat grâce à diverses niches fiscales ou à des subventions détournées. Les chaînes et radios publiques – évidemment toutes à gauche – sont financées directement par l’Etat et le contribuable. Les sites internet de gauche sont subventionnés pour tirer à boulets rouges sur ceux qui les payent. Les intervenants amis et bienveillants sont grassement rémunérés. Les soi-disant investisseurs privés sont soutenus par diverses méthodes occultes et de manière détournée. Les syndicats participent par la mise à disposition de personnel. Les magistrats font office d’indicateurs, les fonctionnaires de police de rabatteurs, et certains employés des ministères de mouchards. Ce milieu qui baigne dans son jus écarlate est chargé de nous donner des leçons en utilisant notre argent. Et tout ce beau monde profite de niches fiscales exceptionnelles tout en dénonçant celles des autres.

Le KKK médiatique est bien sûr chargé de descendre Sarkozy. Ses membres ont transformé la chasse au négro en chasse au Sarko, tout en utilisant les mêmes armes : dégradation, stigmatisation, avilissement, insulte, fausses accusations et documents falsifiés. Sarkozy a eu de la chance en 2007 car le KKK n’a soutenu Ségolène que du bout des lèvres : elle avait usurpé la place de leur amis, DSK au passé trotskyste et Fabius qui a pris plusieurs trotskystes sous son aile. Aujourd’hui, Hollande, par basse vengeance, passe la campagne de Ségolène sous silence car elle a refusé de lui baiser les pieds (alors que lui en baisait une autre). La vengeance est un plat qui se mange froid.

La chasse au Sarko n’a plus aucune borne. Lisez la prose et les titres des journaux du KKK : « Cet homme est dangereux », « Est-il si nul ? », « Menteur ! », « Voyou de la république », « Carla la Pompadour de l’Elysée », « Usurpateur », « Fils de Hongrois », « Président à talonnettes », « Se débarrasser d’un tyran », « Mon président est un connard », « Sarkonabot, casses toi, pauvre con », « Sarko dépasse Pétain », « Sarko, non merci j’ai déjà un chien ». Les jeunes socialistes comparent Sarko à Hitler et Martine Aubry le compare à Madoff, le plus grand escroc de la planète. Martine peut-elle vraiment croire que Sarko arrive seulement à la cheville de Mitterrand, en termes d’escroquerie ? Evidemment les oraisons funèbres sont aux avantages des morts.

Et dans le KKK, la hiérarchie se présente à visage découvert. Dans la secte originelle, on les appellait « Imperial Wizzards ». Ce sont les Grands Dragons bien connus tels Edwy Plenel, Laurent Joffrin, Michel Gaillard, Eric Izaelwicz, Jacques Julliard pour n’en citer que quelques-uns. Suivent les cadres intermédiaires : les Titans, les Klaniff, Les Cyclopes et les Klansman. Certains sont à visage découvert mais beaucoup se cachent afin de pouvoir œuvrer dans l’ombre et de noyauter d’autres systèmes. Tous n’ont qu’une seule consigne « Condamner sans discuter ».

Comme son modèle américain, le KKK médiatique chasse et lynche toujours en meute. Il faut toujours un consensus et un groupe d’au moins 50 membres afin de pouvoir attaquer de toutes parts et surtout afin d’éviter toute responsabilité personnelle. La meute vociférante ne respecte rien, ni l’homme, ni la famille, ni la fonction, ni les réalisations, ni les idées. Il faut tuer l’infâme qui a voulu se mettre en travers du chemin et changer les habitudes prédatrices du KKK.

Quand on entend certains Grands Dragons du KKK, on se pose la question : n’en viendraient-ils pas au lynchage physique si l’impunité leur était acquise ? Dans leur histoire universelle, les Trotskystes n’en sont pas à un crime près quand ils sont en groupe.

DANTON

Déjà 2 commentaires, laissez un commentaire

2 commentaires actuellement

  1. Toutes ces attaques faites à la profession des journalistes me fait un peu peur… Si jamais (je dis bien si jamais) ils arrivent au pouvoir, que ça soit par le FN ou pire, je n’ose même pas imaginer l’information qu’on nous servira ! Ils crachent sur le pain qu’on leur donne !
    Je m’explique : Aujourd’hui il est possible de lire aussi bien des journaux d’extrême droite que d’extrême gauche. Vous en avez marre de ce qu’on nous sert à la TV (oui parce que que je sais que par « médias » vous entendez la TV, vous ne vous intéressez pas au reste) ? Alors lisez les médias d’internet (ce torchon mis à part) ! Il existe plein de canards indépendants du gouvernement sur internet.
    La seule chose que vous savez dire c’est que les médias sont des collabos, et ce quoi qu’ils disent. Nous n’avons, à vos yeux, plus le droit de critiquer le FN au risque d’être vu comme des glands qui « croient à ce que les médias leur racontent ».
    Je n’ose même pas imaginer la censure que vous appliqueriez…

  2. LES MEDIAS N’AIMENT PAS LA FRANCE !
    Depuis que les Socialistes sont au pouvoir, en particulier depuis que François Hollande est Président de la République, l’information médiatique en France est dirigée essentiellement contre tout ce que le Gouvernement entreprend !
    Pourtant, quand il a pris les rênes du Pays, la situation était désastreuse :
    – Les français étaient gouvernés les uns contre les autres : public/privé, jeunes/âgés, chômeurs/travailleurs, villes/banlieues, etc.… ! – Les finances publiques dans un état lamentable ! – Les riches plus riches, les pauvres plus pauvres ! – Les autoroutes privatisées ! – Les affaires en cascades : L’Oréal, Champ de courses bradé, financement de campagne électorale, indépendance de la justice remise en cause par la loi Dati, désignation à l’audiovisuel par le Chef de l’Etat, et ainsi de suite …
    Tous les journaux ont promotionné cette méthode gouvernementale ! Mais les Françaises et les Français ont décidé le contraire ! Ils ne veulent plus de « Karcher » !
    Depuis, il ne manque pas une seule journée où les journaux écrits, télévisés, tapent sur le Gouvernement. Tout est orchestré, dans toutes les pages de l’information, je suis outré !
    Prenons un quotidien national, très connu à Paris :
    – Page une : Hollande est-il à la hauteur ? – Page deux : Marine Le Pen dénonce la hausse des impôts ! – Page trois : La loi sur la refondation de l’école et les rythmes scolaires en interrogeant un élève de la maternelle ! – Page quatre : L’écotaxe : les camions dans la rue ! Les bonnets rouges alors qu’ils sont dirigés par les patrons ! – Page cinq : Un homme tire sur ses parents ! – Page six : La France va être éliminée ! – Page spectacles : Sarkozy admire en spectateur Carla Bruni !
    Vous fabriquez des torchons ! Je vous cite :
    « Les incapables, la prostate, …….
    Et c’est tous les jours ainsi ! Tout est foutu ! Suicidez vous ! Les socialos sont au pouvoir !
    Vous promotionnez la sinistrose ! Vous ne dites pas la vérité ! Non, tous les Français ne sont pas racistes ! Non, tous les français ne sont pas contre les mesures gouvernementales ! Non, tous les français ne sont pas contre certains impôts !
    Aucun de vous n’explique le pourquoi, le bien fondé des mesures gouvernementales. Au contraire, vous instrumentalisez les gens indécis, les plus défavorisés, pour leur faire croire que le gouvernement est composé d’incapables, le Président en premier !
    Alors ne vous étonnez pas de la montée du racisme, qui génère des prises de position pour le Front National ! Oui, Messieurs les journalistes, vous promotionnez un parti qui soit disant est politique, vous participez à la banalisation des extrêmes !
    Non, Messieurs, vous n’aimez pas la France !
    Et en plus votre « canard » est cousu de fautes d’orthographe !
    Non, Messieurs, vous n’aimez pas la France !
    Pourtant le Gouvernement n’a rien changé dans la feuille d’imposition des journalistes ! Plus que les cheminots, que souvent vous mettez en exergues, vous bénéficiez de privilèges !
    « Non seulement des avantages en nature : frais de repas, d’hôtel, de déplacement, mais aussi d’une véritable niche fiscale. En effet, à l’origine, une déduction fiscale supplémentaire par rapport à tout citoyen français a été crée et se justifiait en raison de l’impossibilité pour les journaux d’après guerre de disposer des ressources financières suffisantes pour rembourser l’intégralité des frais professionnels. Dans ce contexte l’Etat a accepté d’assumer ces défraiements pour tous les journalistes et les métiers s’y rapportant. Mais à la fin de la 2 ème guerre mondiale, les conditions salariales des journalistes français ont évolués. Désormais, la plupart des frais professionnels sont pris en charge par leurs journaux.
    Les journalistes cumulent donc les remboursements effectués par leur Entreprise et celui de l’Etat ! Aujourd’hui l’article 81 du code général des impôts permet aux journalistes de déduire directement 7.650 euros de leur revenu imposable pour « frais inhérents à leur profession ». Alors que tous les français sont censés être « égaux » devant l’impôt : article 13 de la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen ! ».
    Mais voyez-vous, les cheminots sont informés, leurs Ipad ne fonctionnent plus à la vapeur !
    Non, Messieurs, vous n’aimez pas la France !
    Et puis un jour, on s’en prend aux médias ! Qui ? Pourquoi ?
    Un homme armé isolé ou organisé ?
    Voilà ce que vous avez entrainé dans votre sinistrose, une maladie terrible !…….Une place privilégiée aux fous, aux extrêmes !
    Alors que vous prônez la liberté de la presse, vous êtes l’instrument d’une seule idée de pensée ! Vous n’acceptez plus le pluralisme ! Avant, vous exprimiez diverses opinions ! Aujourd’hui vous êtes tous sur le même courant de pensée !
    Mais qu’en on s’attaque à la Presse, on s’attaque à notre Liberté à Toutes et Tous ! Alors, Nous comme on aime la France, on vous défend aussi !
    Oui pour la liberté de la Presse !
    Non pour une presse dirigée par un seul courant de pensée !
    Oui, nous, Toutes et Tous, aimons la France !
    Un citoyen imposable et fier de l’être, mais qui a cessé d’acheter le journal et qui a débranché son téléviseur ! Jacky DUPONT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *