Le destin brisé de DSK…ou les tribulations d’un queutard à NY

 

« Tout corps plongé dans un bocal de cornichons devient un cornichon » DSK, Juin 2007, après sa démission du Bureau National du PS.

DSK ne sera pas poursuivi au pénal à New-York et la meute de ses amis cornichons  a envahi les plateaux télé pour blanchir leur colombe. Comme l’a dit une auditrice d’Europe 1 : tous ces commentaires donnent la nausée. Car enfin, DSK n’a en aucun cas été déclaré innocent. Il n’a simplement pas été jugé. Mais rassurez-vous Madame, tout ceci est loin d’être terminé.

Voici les faits, tels que décrits par le procureur de New-York et admis par les avocats de DSK :

– DSK et Nafissatou Diallo ont eu un rapport sexuel « précipité » (on appréciera la métaphore) qui a duré entre 7 et 9 minutes,

– Le rapport médical fait état de brûlures et de coups au vagin et à l’épaule de Nafissatou Diallo, attestant ainsi d’une certaine brutalité dans les rapports,

– Nafissatou Diallo ne connaissait pas DSK avant les faits et n’a rien prémédité, ce qui balaie ainsi toute théorie du complot.

 

Encore une fois ces faits sont incontestés et admis par les avocats de DSK. Nafissatou Diallo prétend avoir été forcée et violée, hypothèse qui est certainement compatible avec les faits. Mais que prétend DSK, quelle est sa version ? Il ne s’est pas encore exprimé mais puisque ses avocats défendent la thèse d’un rapport consenti, on peut imaginer que sa version sera la suivante.

 

Le témoignage exclusif (et totalement fictif) de DSK :

 

«Je sortais tranquillement de ma douche quand une hystérique s’est jetée sur moi et a empoigné mon sexe. Elle l’a mis avec violence dans sa bouche et m’a forcé à lui faire une fellation. Elle a pris mes mains de force et les a plaquées sur ses seins puis sur son vagin. J’ai essayé de me dégager mais elle était trop forte pour moi et elle m’a contraint à éjaculer sur le mur. J’ai finalement réussi à la pousser par l’épaule, à la jeter par terre et à me réfugier dans les toilettes. Elle s’est résignée à partir pour aller chercher d’autres victimes dans les chambres voisines. Tout cela n’a duré que quelques minutes mais pour moi c’était une éternité ».

 

Et un mot ce pauvre DSK est tombée sur une nymphomane sadique.

 

D’après vous, quelle version est la plus crédible ?

 

Mais ce n’est pas tout. Il y a aussi ce que les avocats appellent pudiquement les faits périphériques. Ils sont eux aussi incontestables et incontestés:

– en arrivant au Sofitel, DSK a demandé à deux employées de le rejoindre dans sa chambre. Toutes deux ont refusé. Elles ont néanmoins témoigné et le procureur a leurs dépositions,

– une call girl a passé un peu plus d’une heure dans la chambre de DSK la nuit de l’agression présumée. La directrice de l’agence a témoigné et a indiqué que DSK était un client habituel et qu’il avait la réputation d’être violent avec les filles. Le procureur a son témoignage. C’est Anne qui réglait les notes…

– après être parti de l’hôtel, DSK a dit à sa femme au cours d’une conversation téléphonique « j’ai fait une connerie »,

– en arrivant dans l’avion qui devait le ramener à Paris, DSK a salué l’une des hôtesses d’un bruyant « quel beau cul ! ». Le procureur a les témoignages de cinq passagers.

 

D’accord tout ceci n’est pas (forcément) illégal, mais élit-on ce type de soudard à la Présidence de la République ?

 

Tous les faits précédents vont évidemment être utilisés dans la procédure au civil engagée contre DSK. Anne, il faut vite sortir ton portefeuille pour les faire taire car sinon, ça ne va pas être joli-joli !

 

Même si l’argent d’Anne arrive à arrêter la procédure américaine au civil, il y a les deux procédures françaises, qui à vrai dire pourraient se révéler être les plus meurtrières :

– la plainte pour viol de Tristan Banon : si le parquet avait voulu classer l’affaire, il l’aurait déjà fait. Attendons la suite mais tout cela ne sent pas très bon pour DSK,

– la plainte pour subornation de témoin déposée par un des avocats français de Nafissatou Diallo. Si les faits sont avérés, c’est peut-être l’affaire la plus gênante pour DSK car les preuves sont faciles à apporter. Si des amis politiques de DSK ont vraiment proposé de l’argent à une femme pour l’empêcher de témoigner, les langues se délieront. Là encore attendons.

 

Le plus ahurissant c’est qu’avec toutes ces casseroles et affaires en cours qui sont loin d’être classées, DSK a encore toute une palanquée de cornichons pour le soutenir, tous avec des accents de vierges outragées devant l’injustice dont leur « ami » a fait l’objet.

 

Derrière une unanimité de façade, les motivations sont néanmoins toutes bien différentes :

– François II, dit le Normal, – devenu général en chef des Cornichons après le départ de DSK -, aimerait bien voir revenir son meilleur adversaire. Il pourrait enfin remonter sur son scooter (ça fait quand même plus peuple qu’une Porsche Cayenne),

– Ségolène a eu un cri du cœur Dimanche soir lorsqu’elle a refusé de s’exprimer sur DSK. Elle s’est ralliée à la doctrine Mardi pour ne pas paraître isolée,

– Arnaud a lui aussi eu un cri du cœur en indiquant qu’il ne commentait pas les faits divers. Traiter DSK de queutard, ça passe, mais le qualifier de « fait divers », c’est humiliant,

– Martine a eu l’indulgence d’une collègue qui se souvient avec émotion de ses escapades avec le maire de Roanne (c’était avant sa cure de désintoxication),

– Jack, l’un des défenseurs les plus acharnés de DSK (celui qui a dit avec beaucoup d’élégance qu’il n’y avait pas mort d’homme) a aussi l’indulgence d’un compagnon de débauche qui préfère que les projecteurs soient tournés vers New-York plutôt que vers le Maroc.

 

Tout ceci est effectivement nauséabond. Ce type aurait pu devenir Président de la République !!! Comme l’a dit Camba, on lui a volé son destin. Heureusement, car on a sauvé celui de la France en ouvrant les yeux d’une partie des Français. Merci Cyrus Vance !

 

Et pendant que les cornichons s’ébrouent dans leur bocal, Sarko est monté au front pour faire tomber Kadhafi.

 

Qui peut encore mettre sur le même plan un Président qui travaille et dont on peut être fier avec un débauché qui a durablement terni l’image de notre pays ?  Et bien il y en a : ce sont les cornichons du bocal. A côté d’eux, même Eva va finir par devenir sympa…

Écrire le premier commentaire

Aucun commentaire actuellement.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress. Designed by WooThemes